Une randonnée inoubliable : Trekking à Ala-Kul et Altyn Arashan au Kirghizistan - Une randonnée inoubliable : Trekking à Ala-Kul et Altyn Arashan au Kirghizistan

Nous avons décidé de faire notre trekking à Ala-kul et Altyn Arashan sans guide et ce fut l’un des treks les plus étonnants et les plus épuisants que nous ayons jamais fait. Nous avons fait le circuit de l’Annapurna au Népal, qui nous a amenés à 5 416 mètres, mais il s’agissait d’une pente graduelle et, lorsque nous avons atteint le col, nous étions en forme. Pas cette fois-ci ! Pour le trek Ala-kul – Altyn Arashan, nous n’avions qu’un jour pour nous acclimater et nous mettre en forme, et nous l’avons ressenti sur la pente régulière jusqu’au col d’Ala-kul.

Planification de notre itinéraire à l’office du tourisme de Karakol

Nous sommes partis de Karakol, en prenant une marshrutka jusqu’à l’entrée de la réserve naturelle d’Ala-kul. Nous avons payé notre droit d’entrée et avons commencé la randonnée graduelle le long de la rivière Karakol. Les 4 premières heures de la randonnée étaient relativement faciles. Nous avons serpenté dans la vallée, passant par de petits villages et des yourtes en chemin.

MISE À JOUR 2018 : Il y a maintenant des camps de yourtes à intervalles réguliers le long de l’itinéraire. Vous en trouverez environ 5 entre la traversée de la rivière le jour 1 (quand ça commence à devenir vraiment difficile), et Altyn Arashan. Ainsi, l’ensemble du trek peut être fait facilement sans tente ni nourriture maintenant (ils peuvent tout fournir : tout ce dont vous avez besoin, c’est de collations, d’eau et de vêtements appropriés !)

Il y a maintenant un nouveau camp où vous pouvez rester après le premier jour (près de la cabane Sirota). Le prix est de 800 soms pour une tente pour 4 personnes avec un poêle à bois. Il y avait aussi des mini-yourtes disponibles pour 1000 soms. La nourriture était de 300-400 soms/repas.

Après 4 heures, nous avons atteint un pont qui menait au côté est de la rivière. A partir de là, la vraie randonnée a commencé. C’était une solide traction de 2 heures, en ligne droite, pour atteindre une petite cabane boisée nichée dans la forêt alpine à environ 3000 mètres. C’est ici que nous établirons notre camp pour la nuit.

Notre campement pour la nuit (3000 mètres) randonnée de karakol à ala-kol et altyn arashan
Notre campement pour la nuit (3000 mètres)

Cette nuit-là, avec le bruit de la rivière qui descend la vallée derrière nous et le scintillement d’un nombre incalculable d’étoiles au-dessus de nous, nous avons allumé un feu et échangé des histoires de voyage avec trois autres voyageurs qui avaient fait le voyage ce jour-là.

Ala-kol Altyn Arashan Une fin parfaite à une journée parfaite
Une fin parfaite pour une journée parfaite

Au matin, avec le soleil encore caché derrière les falaises abruptes et marquant notre direction de voyage, nous avons commencé notre ascension. Presque immédiatement, nous avons grimpé sur des rochers abrupts près d’une cascade rugissante. Essoufflés par l’épuisement et la beauté de notre environnement, nous avons lutté pour nous concentrer et garder les yeux sur nos pieds, au lieu de contempler béatement les falaises dorées qui émergeaient de la vallée autour de nous.

Essayer de se concentrer sur nos pieds n'était pas facile. Maintenant vous pouvez voir pourquoi !
Essayer de se concentrer sur nos appuis n’était pas facile. Maintenant vous pouvez voir pourquoi !

À chaque fois que nous faisions dix pas en avant, nous devions nous arrêter pour permettre à nos poumons de se rattraper et d’absorber le peu d’oxygène disponible dans l’air de la haute altitude. Nous n’étions certainement pas aussi en forme que nous le pensions ! Finalement, après une ascension ardue, nous sommes arrivés à un sommet final qui révélait Ala-kul dans toute sa beauté turquoise.

Nous avons été stupéfaits par le bonheur étincelant de ce petit lac alpin. Caché sous les pics rocheux déchiquetés de la chaîne de montagnes Ala-Too, sa surface bleu-vert pâle contrastait magnifiquement avec les hautes montagnes et le ciel bleu profond au-dessus. Les photos ne peuvent tout simplement pas rendre justice à Ala-Kul.

Le magnifique Ala-Kol (3 532 mètres)
Belle Ala-Kul (3,532 mètres)

Nous nous sommes arrêtés ici pour manger un morceau et faire le plein d’eau. De là, nous avons suivi la côte sur quelques centaines de mètres avant d’entamer une autre montée raide vers le col d’Ala-Kul à 3 800 mètres. Cette dernière montée a été la plus difficile, car l’air se raréfiant, notre manque de préparation et d’acclimatation est devenu de plus en plus évident.

Le col d'Ala-Kol L'ascension finale (extrêmement difficile) commence
Début de l’ascension finale (extrêmement difficile)

Enfin, après une longue et dure montée, nous avons atteint le col ! Dariece et moi aimons le trekking, et nous disons toujours que nous préférons les treks de faible altitude où nous n’avons pas à pousser nos corps à l’extrême. Mais chaque fois que nous sommes récompensés par de magnifiques paysages alpins comme ceux de la vallée de Karakol, nous réalisons que tout cela en vaut la peine.

Sur le côté sud du col se trouve l’éblouissant et surréaliste lac Ala-kul, et sur le côté nord se trouve la vallée de Kel’deke, bordée par les énormes montagnes Terimtor qui semblent percer le ciel avec leurs pics enneigés.

Les deux côtés du col d'Ala-kol
Les deux côtés du col de l’Ala-kul

Notre descente devait être soudaine et légèrement dangereuse. Manquant le « bon chemin », nous avons accidentellement opté pour la pente de gravier sujette aux éboulements à l’extrême est du col. Nous nous sommes rapidement retrouvés à skier sur le flanc d’une montagne, suffisamment raide pour qu’un seul faux mouvement soit synonyme de désastre. Chaque pas dans le schiste meuble faisait glisser nos pieds vers le bas sur 5 à 10 mètres. Nous avons probablement descendu 500 mètres en 15 minutes !

Dariece skie courageusement de l'autre côté du col (c'est beaucoup plus raide qu'il n'y paraît).
Dariece Skie courageusement de l’autre côté du col (c’est beaucoup plus raide qu’il n’y paraît)

Après la délicate pente à double diamant noir, nous avons finalement atteint un chemin relativement calme qui menait au nord-est et au fond de la vallée de Kel’deke. Le ruissellement des montagnes a donné à ces pâturages d’été une herbe verte et des ruisseaux bleu pâle qui traversent la vallée en serpentant vers notre destination finale, Altyn Arashan.

La belle vallée de l'autre côté du col de l'Ala-Kol.
La belle vallée de Kel’Deke de l’autre côté du col de l’Ala-Kul

Alors que nous atteignions les bords inférieurs de la vallée, nous avons commencé à voir de moins en moins de balises et finalement aucune. Nous nous sommes retrouvés loin de toute piste normale et avons commencé à craindre de nous perdre. Nous aimons être « hors des sentiers battus » mais pas complètement perdus ! Finalement, après avoir traversé quelques rivières dangereuses, nous avons rejoint le sentier et trouvé le chemin d’Altyn Arashan, un magnifique village alpin niché à l’embouchure de la vallée d’Anyior, avec l’imposante montagne Pik Pilatka qui se profile au sud.

Notre camping Altyn Arashan randonnée
Notre camping

À ce moment-là, nous avions marché pendant 9 heures et nos corps étaient complètement épuisés. Ayant porté 10 à 15 kg chacun sur notre dos tout au long du chemin, nos muscles avaient besoin de se détendre. Heureusement, Altyn Arashan est connu pour ses sources d’eau chaude naturelles. Nous avons monté notre tente près de l’Arashan Travel Hotel (qui n’est pas vraiment un hôtel, juste une maison délabrée) et avons loué notre propre hutte privée pour les sources chaudes.

(Désolé, pas de photos de la source chaude, nous étions littéralement trop endoloris pour lever notre appareil photo)

L’eau de la source était incroyablement chaude et a immédiatement apaisé nos corps endoloris. Nous avons trempé et flotté pendant environ une heure avant de retourner à la tente et de nous évanouir vers 8 heures.

Le jour suivant, nous nous sommes réveillés vers 7h00 et avons commencé la randonnée de 3 heures pour retourner à la civilisation où un taxi nous attendait pour nous ramener à Karakol. J’écris cet article presque une semaine après avoir terminé le trek et nos mollets sont encore extrêmement douloureux ! Le trek en lui-même était absolument époustouflant (à plus d’un titre) et nous le recommanderons certainement à d’autres voyageurs comme l’un des meilleurs treks que nous ayons jamais fait !

Randonnée le long de la rivière Arashan
Randonnée le long de la rivière Arashan

Nous avons écrit un guide de la randonnée d’Ala-Kul et d’Altyn Arashan depuis Karakol, cliquez ici pour le lire ! Et, si vous voulez un trekking plus hors des sentiers battus, rendez-vous au village voisin de Jyrgalan (45 minutes de Karakol) pour découvrir le sentier Keskenkija que nous venons de baliser en juin 2017 ! Il y a aussi beaucoup d’autres treks dans la région. Consultez ces deux billets que nous avons écrits :

Vous pouvez également envisager de passer un peu de temps dans la ville de Karakol, il y a plus de choses à faire que vous ne le pensez ! Consultez notre article sur les 10 meilleures choses à faire à Karakol (qui n’impliquent pas de trekking).

Conseils rapides pour le trekking à Ala-Kul &amp ; Altyn Arashan :

MISE À JOUR 2018 :

  • À Karakol, nous avons séjourné à l’hôtel Madanur (500som/personne/nt).
  • Prendre la marshrutka numéro 101 en face de Neofit Guest House à Karakol (20 mins/ 10 soms jusqu’au dernier arrêt).
  • Il y a aussi une marshrutka depuis la route principale. Le prix est de 30 soms/personne.
  • Payez 250 soms de droits d’entrée à la porte du parc où s’arrête la marshrutka.
  • Payer 150 soms / tente sur le trek
  • Premier jour jusqu’à la cabane en bois 16kms 6-7 heures
  • Deuxième jour jusqu’à Altyn Arashan 17kms 7-9 heures
  • Troisième jour de trek 3 heures jusqu’à Asku
  • La carte de la région est à 300 soms achetée au bureau de Destination Karakol (Mieux vaut la télécharger sur Maps.me)
  • Camping à l’hôtel Arashan Travel 100 soms / tente (les dortoirs n’en valent pas la peine)
  • Ezla Guesthouse est la première maison d’hôtes à votre arrivée. Dortoirs 300 soms. Gratuit pour le camping
  • Cabine privée de source chaude 200 soms / personne
  • Taxi d’Asku à Karakol (25 mins – 400 soms/voiture)
  • Une jeep peut aussi être organisée d’Altyn-Arashan jusqu’au retour à Karakol, c’est 4000 soms pour l’ensemble.

Remerciements spéciaux à TwoStayWild.com pour avoir aidé à mettre à jour les informations de 2018.

Vous aimez cet article ? Épinglez-le !

a-hike-to-remember-trekking-to-ala-kul-altyn-arashan-in-kyrgyzstan

Avertissement :Goats On The Road est un associé d’Amazon et également un affilié pour certains autres détaillants. Cela signifie que nous recevons des commissions si vous cliquez sur les liens de notre blog et achetez chez ces détaillants.