Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos

De la Jordanie, nous avons embarqué sur un vol à destination du Liban. Nous avions fait l’erreur de penser qu’étant donné que la Syrie avait des problèmes politiques, il n’y aurait personne au Liban – les pays sont frontaliers et on les voit généralement ensemble pendant un voyage – mais nous avions tort.

Ce qui s’est passé, c’est que tout le monde fuyait la Syrie et allait au Liban. En Jordanie, nous avons appelé plus de 10 hôtels pour essayer de trouver une chambre et tous nous ont dit qu’ils étaient complets pour tout le mois de mai, ou qu’ils coûtaient plus de 100 dollars la nuit.

Après quelques recherches sur Google et sur Internet, nous avons trouvé un petit hôtel appelé Hôtel Valery, dans notre gamme de prix, juste à côté du centre-ville de Beyrouth et disponible ! Nous l’avons réservé pour toute la durée de notre séjour. Après s’être séparés de Toni et Bernie à Amman, en Jordanie, ils ont décidé de repousser d’une semaine leur voyage au Maroc et de venir aussi au Liban !

Ils nous ont rejoints 2 jours après notre arrivée. Nous avons décidé qu’étant donné que le Liban est un petit pays (environ 140 km de long, 75 km de large et une population de 4 millions d’habitants), nous nous baserions dans la ville très moderne, intéressante et diversifiée de Beyrouth et ferions des excursions dans les villes environnantes à partir de là.

L’avion qui nous emmènera de Jordanie au Liban
Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos
Bienvenue au Liban !

La chambre que nous avons réservée à Beyrouth était pour le moins intéressante. Les murs, les dessus de table, les portes avant de l’armoire, la fenêtre et la porte de la chambre étaient recouverts d’un tissu brun foncé ! Il était collé sur tout. Le tissu du plafond correspondait au tissu qu’ils nous ont donné pour les draps de lit – bleu. C’était donc une chambre recouverte de tissu bleu et marron !

C’était hilarant, nous ne pouvions même pas trouver l’interrupteur (il était recouvert de tissu), c’était de la décoration d’intérieur qui avait mal tourné. Notre vue 5 étoiles était sur une zone herbeuse avec des morceaux de ferraille dessus – de vieux pneus, du bois, du métal, etc. Juste au moment où nous nous sommes endormis, nous avons tous les deux senti une odeur horrible, nous avons regardé autour de nous pour voir ce que ça pouvait être, ça sentait les eaux usées putrides et les chaussettes pleines de sueur.

Nick a finalement trouvé la source… il y avait un tuyau d’évacuation ouvert sous notre lit et l’odeur qui s’en dégageait était si dégoûtante ! Il l’a recouvert de plastique, a mis un oreiller dessus et nous nous sommes endormis. Cette chambre était vraiment une pièce à ne pas oublier. Le lendemain, nous avons dit au directeur que nous avions besoin d’une nouvelle chambre et nous nous sommes retrouvés avec une chambre avec 4 lits, une télévision, un canapé et une table avec des chaises….umm, où était cette chambre la nuit précédente ?!

Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos
Nick fumant du sheesha dans notre chambre améliorée à la Pension Home Valery, Beyrouth, Liban.

Nos journées à Beyrouth ont été remplies de promenades. Nous sommes allés partout ! Nous avons marché le long de la promenade du côté de l’océan pendant quelques kilomètres. C’était un endroit très animé. Des tas de gens couraient, faisaient du vélo, du roller, marchaient, des vieux hommes avaient installé des chaises et des tables en plastique et jouaient au backgammon et aux dominos, certains pêchaient à la canne et d’autres étaient simplement assis sur les bancs, mangeant des glaces et profitant de la vue.

Nous avons trouvé un Starbucks en chemin et avons décidé de faire exploser le budget et de prendre 2 venti, non-fat, extra hot, caramel macchiatos. Oh, comme tu nous as manqué. C’était un délice. Nous sommes allés dans le centre-ville et c’était comme entrer dans un conte de fées, complètement différent des autres quartiers de Beyrouth. C’était riche, chic et très huppé.

Il y avait des cafés sympas partout, c’était impeccable, les bâtiments étaient tout neufs, les enfants jouaient partout pendant que leurs nounous indiennes/thaïlandaises/filipines les surveillaient, des hommes et des femmes bien habillés étaient assis pour discuter. C’était incroyable à voir. Sur la place centrale (près de Gucci, Hermès, Prada, Tiffany) se trouve l’énorme et magnifique mosquée Mohammed Al-Amin. Avec ses dômes bleus et sa couleur dorée, elle était magnifique au coucher du soleil.

D’autres soirées ont été passées à marcher jusqu’au quartier de l’Université américaine de Beyrouth où tous les étudiants se retrouvent. Il y avait de nombreux restaurants et une ambiance amusante dans cette partie de la ville. L’Université enseigne tous les cours en anglais et nous avons remarqué que beaucoup d’étudiants américains se promenaient. Le campus est immense, il couvre plus de 28 hectares, il a même son propre club de plage !

Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos
les rues de Beyrouth, Liban
Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos
Beyrouth – belle mosquée Mohammed Al Amin en arrière-plan
Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos
L’étonnante mosquée Mohammed Al-Amin, Beyrouth, Liban

Un après-midi, nous nous sommes promenés pour voir le célèbre Holiday Inn qui a été utilisé comme une position de choix pour les snipers pendant la guerre civile de 1975 à 1991, entre les chrétiens (y compris les Israéliens) et les musulmans (y compris les Syriens et les Palestiniens). L’hôtel est toujours debout mais il est complètement criblé d’impacts de balles et est gardé par les forces militaires.

Le Liban (et Beyrouth en particulier) a une longue et horrible histoire de violence. La guerre civile a vu la ville divisée en deux parties, une partie pour les musulmans et une partie pour les chrétiens. Chaque religion s’entretue dès qu’elle en a l’occasion. Si l’on ajoute à cela les bombardements des avions de chasse israéliens, les attentats-suicides et les prises d’otages, la ville est ruinée. Hormis le centre-ville (qui a été entièrement reconstruit), de nombreux bâtiments de Beyrouth présentent des impacts de balles. Malheureusement, le souvenir de la guerre civile est partout où l’on regarde.

Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos
L’hôtel Holiday Inn, Beyrouth, Liban, criblé de balles.

Le pays est un melting-pot de cultures et de religions. Il y a plus de 400 000 réfugiés palestiniens, environ 60% de la population est musulmane, les 40% restants étant composés de chrétiens, de catholiques, de juifs, de druzes, d’hindous, de bouddhistes et de mormons. Il y a 18 religions officielles au Liban ! L’histoire du Liban est tellement complexe et confuse que je ne peux pas tout décrire. Les combats se poursuivent depuis les années 1950 et n’ont « cessé » qu’en 2008.

Le Liban est un si petit pays avec une histoire si brutale. Malgré cela, les gens sont si hospitaliers, amicaux, positifs et pleins d’espoir pour un avenir meilleur. Nous n’avons eu que des expériences formidables et nous avons aimé chaque minute passée dans ce pays diversifié. Après deux jours à Beyrouth, nous avons décidé de louer une voiture avec Toni et Bernie pour explorer le reste du pays. C’est l’heure du road trip !

Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos
Rocher des Pigeons, Beyrouth, Liban

Vous aimez cet article ? Épinglez-le !

Beyrouth en sac à dos - Beyrouth en sac à dos

Beyrouth - Starbucks, eaux usées et guerre civile

Avis de non-responsabilité :Goats On The Road est un associé d’Amazon et également un affilié pour certains autres détaillants. Cela signifie que nous recevons des commissions si vous cliquez sur les liens de notre blog et achetez chez ces détaillants.