Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route

Nous avons quitté Tbilissi, en Géorgie, à 11 heures du matin le 5 juillet et nous nous sommes préparés pour un voyage épuisant de 26 heures en bus jusqu’à la capitale turque, Istanbul. Dès les 10 premières minutes, à notre grand soulagement, l’air conditionné s’est mis en marche et le long voyage s’est avéré très confortable, comme vous pouvez le voir sur la photo flatteuse que Dariece a prise de moi peu après avoir quitté Tbilissi.

Dormir pendant le long trajet en bus vers Istanbul

En arrivant à Istanbul vers midi, heure locale, nous avions dormi environ 4 heures dans le bus et nous nous sentions assez fatigués, mais l’énergie de la métropole florissante et de ses sites impressionnants nous a immédiatement réveillés. Nous avons pris le métro jusqu’à notre quartier « Sirceki », juste à l’extérieur du principal quartier touristique de « Sultanamet ». Le métro a traversé Sultanamet, le cœur du vieil Istanbul, qui regorge de sites impressionnants, et nous savions que nous ne pourrions pas faire de sieste.

Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route
Belle vue de la Mosquée Bleue d’Istanbul

Nous avons déposé nos sacs dans notre belle chambre double, propre et lumineuse, à l’auberge Yeni, et nous nous sommes dirigés vers Sultanamet. En chemin, nous sommes passés devant une tonne de boutiques vendant des tapis, des souvenirs, des délices turcs, des vêtements et des kebabs. Chacune d’entre elles avait son propre vendeur animé qui vantait les mérites de son produit sur le trottoir devant. La bien nommée « vieille ville » d’Istanbul est étonnante, surtout pour une ville aussi grande, et elle a conservé une grande partie de sa beauté ancienne. La rue principale pavée est une promenade très fréquentée par les touristes et les habitants, avec le tramway qui passe fréquemment au milieu. La route se ramifie en une toile d’araignée de petites ruelles avec des cafés funky et des boutiques de narguilés. En approchant de Sultanamet, la vie de la ville s’intensifie à chaque pas.

Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route
Dariece Shoe Shopping

Des cordonniers agenouillés sur le sol exerçaient leur métier, de la musique s’échappait de tous les magasins et le bavardage de milliers de personnes était assourdissant. Nous sommes entrés dans un magnifique parc où deux des sites les plus célèbres d’Istanbul se dressaient de part et d’autre de la tête. L’immense Mosquée bleue d’un côté, et l’énorme église Aya Sofia, vieille de 1500 ans, devenue mosquée et musée de l’autre. Pour une fois, l’entrée était gratuite et on a même dit à Dariece qu’elle n’avait pas besoin de se couvrir la tête, mais elle l’a fait quand même. L’intérieur était immense et nous nous sommes assis par terre, impressionnés par l’incroyable architecture.

Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route
Intérieur de la mosquée bleue
Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route
Dariece dans sa tenue de mosquée

Le deuxième jour à Istanbul, nous nous sommes levés et avons pris notre petit-déjeuner au restaurant situé à côté de notre hôtel, le Can. Le propriétaire, Chanan, était super sympa et la nourriture était délicieuse. Nous y allons tous les matins à Istanbul, alors nous entrons et il nous dit « Salut Nick &amp ; D ! Comme d’habitude ? » Je prends une saucisse et un œuf à la poêle et Dariece prend une omelette au fromage. C’est bien d’avoir un peu de routine dans nos vies parfois. Après le petit-déjeuner, nous sommes allés au Grand Bazar. Un immense bazar (marché) qui s’étend, entièrement couvert, sur des kilomètres dans chaque direction. C’était tellement grand et il y avait tellement de choses, que même avec notre budget serré, nous sommes sortis après environ 3 heures avec les mains pleines de sacs. Nous avons acheté un gros souvenir qui semblait approprié pour tout le Moyen-Orient, une pipe sheesha (nargile), et quelques choses dont nous avions besoin pour nos sacs. Le bazar était complètement envahissant, mais les propriétaires des boutiques étaient étonnamment distants par rapport à la plupart des bazars que nous avons vus.

Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route
Flânerie dans le souk

Après le marché, nos pieds et nos jambes étaient endoloris par tant de jours passés à marcher constamment dans Tbilissi, à rester assis dans un bus pendant 26 heures, puis à marcher dans Istanbul et sur le marché. Nous avions besoin d’un traitement spécial, alors nous nous sommes dirigés vers un vieux remède turc, le Hammam (bain turc). Le Hammam que nous avons choisi était le Cemberalitas Hammami du centre-ville, vieux de 427 ans. Le bâtiment entier est fait de marbre et lorsque nous sommes entrés, l’odeur épaisse de l’eau chaude et du savon aux herbes emplissait l’air.

Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route
Préparation pour notre expérience du Hammam

Dariece et moi avons choisi l’expérience traditionnelle pour environ 30 $, qui comprend un gommage, un court massage et un bain à volonté. Dariece et moi avons eu des expériences légèrement différentes dans le hammam, car les zones de bain étaient séparées pour les hommes et les femmes, mais les principes de base sont les mêmes et nous avons toutes les deux adoré. En ce qui me concerne, j’ai été poussée à l’étage vers les vestiaires par des préposés impatients, vêtus de serviettes, qui m’ont dit de ne mettre qu’une petite serviette ou « pestamal ».

En entrant dans la salle de marbre circulaire, massive et humide, j’ai à peine eu le temps de m’émerveiller de l’environnement antique qu’on m’a poussé sur l’énorme dalle de marbre chaud au centre, avec une quinzaine d’autres hommes, locaux et étrangers. Avant que je puisse poser des questions telles que « comment ça marche ? » ou « où vais-je ? », un homme turc costaud et poilu m’a poussé à plat sur la dalle chaude et a versé un seau d’eau chaude sur moi.

Il m’a ensuite pris le savon des mains (un savon spécial granuleux fourni par la réception), a sorti sa moufle à récurer et a commencé à me frotter vigoureusement de la tête aux pieds, laissant à peine assez de traces de frottement pour être convenable. Il m’a retourné et a frotté mon dos également, en appuyant si fort que ma peau rougie piquait à chaque passage.

Il m’a ensuite redressé et a frotté ma poitrine et sous mes bras. Après avoir terminé de tirer et de pousser sans relâche, il a montré ma peau et lorsque j’ai baissé les yeux, j’ai vu qu’elle était couverte de saletés noires et de peau morte en boule. Il s’est alors empressé de verser de l’eau chaude et fumante sur moi afin que les couches de peau morte disparaissent dans le drain caché sous la dalle de marbre.

Il m’a allongé à nouveau pour me couvrir d’une épaisse couverture de bulles hydratantes. Il a ensuite commencé à me faire un massage incroyable qui a vraiment fait mal à mes muscles endoloris mais qui était extrêmement revigorant. Quand il a eu fini, il m’a emmené dans une pièce séparée et m’a versé d’autres seaux d’eau chaude sur la tête et m’a fait un shampooing avec un bon massage de la tête avant de dire « mon nom est Chan, merci, au revoir ».

Je me suis levé et je suis retourné dans l’immense salle principale du hammam et j’ai trouvé une salle de marbre séparée où je me suis assis et détendu dans la chaleur de la vapeur, appréciant l’ambiance de l’écho à l’intérieur des murs de roche qui ont vu des millions d’hommes au cours des 5 derniers siècles. Je me suis allongé sur le dos et j’ai regardé le plafond en nid d’abeille qui était éclairé par la lumière du soleil de l’extérieur et je me suis demandé combien de peaux mortes, de saleté et d’écume ces belles pièces en marbre avaient vu.

L’endroit était d’une propreté immaculée, mais j’imagine qu’il faut des heures de récurage chaque jour depuis 427 ans pour le garder ainsi. Les marches et les sièges en marbre étaient profondément cabossés par endroits, montrant clairement les zones de fort passage usées et marquées au fil des ans. Après près d’une heure et demie dans le hammam, Dariece et moi nous sommes retrouvées dans le hall avec des sourires revigorés et détendus sur le visage. C’était vraiment une expérience incroyable que je n’oublierai jamais, et je ne me suis JAMAIS sentie aussi propre de ma vie. Inutile de dire que nous avons bien dormi cette nuit-là.

Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route
Ecritures sur le mur

Le lendemain, nous nous sommes levés vers 9h30 et nous nous sommes dirigés vers la Baslica, un énorme et ancien système de rivière souterraine construit par les Byzantins en 522 après JC. La Baslica contenait autrefois 80 000 mètres cubes d’eau et la distribuait dans l’ancien royaume par le biais de 20 km de conduites d’eau qui s’étendaient même sous certaines maisons afin que les propriétaires puissent descendre un seau pour récupérer de l’eau et même du poisson dans leurs sous-sols. L’immense et sinistre salle souterraine contient 336 colonnes massives, dont certaines sont magnifiquement sculptées, et des milliers d’énormes carpes, semblables à des fantômes, se cachent dans l’eau.

Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route
Carpe sacrée dans la Balisca

Après la Baslica, nous nous sommes dirigés vers le bord de l’eau, près du pont de Galata, où nous avons dégusté quelques-uns des célèbres sandwichs au poisson d’Istanbul. La file d’attente était énorme, mais il ne nous a fallu que quelques minutes pour arriver devant, grâce au travail manuel et à la vitesse surhumaine des vendeurs de sandwichs expérimentés, qui ont pu assembler le repas dans un tourbillon de retournements et de farces avant que nous ayons le temps de payer. Le sandwich était bon, mais plein d’os et de nageoires. Il ne fera pas de nous des clients réguliers, mais l’expérience en valait la peine.

La zone d’Istanbul qui borde la Corne d’Or qui se jette dans la mer de Marmaris est en pleine activité. Des hommes qui pêchent sur chaque pouce ouvert des grilles donnant sur la mer, des bateliers qui vendent des excursions sur le canal Bospherous, des vendeurs de jus d’orange et des habitants qui se promènent, le tout avec pour toile de fond le vieil Istanbul, ses mosquées imposantes et ses bâtiments historiques.

Nous nous sommes dirigés vers le pont Galatas qui est utilisé autant pour la circulation que pour les pêcheurs qui font pendre leurs lignes à 15 mètres de l’océan. Le pont est bordé de cafés, de bars et de restaurants littéralement au bord de l’eau. Nous avons pris une bonne place avec une vue sur les énormes navires et cargos à l’intérieur de l’un des bars et avons commandé quelques bières.

C’est la vie. Regarder la mer, qui n’est qu’à trois mètres devant nous et à deux mètres en dessous, boire une bière et regarder la centaine de lignes qui ramènent des centaines de petits poissons aux pêcheurs sur le pont à quelque six mètres au-dessus de nous. Nous avons regardé le soleil se coucher sur la mer et écouté le chœur des mosquées chanter leur dernier appel à la prière de la journée avant de rentrer chez nous. Une autre belle fin pour une autre belle journée à Istanbul.

Le quatrième jour dans l’incroyable ville d’Istanbul, nous avons commencé notre journée comme tous les matins, au restaurant Can’s pour le petit-déjeuner et le chai, puis nous sommes allés voir Aya Sofya, l’immense église devenue mosquée et musée. Heureusement, nous nous sommes levés vers 8h00 pour arriver tôt et éviter la foule qui descend sur Aya Sofya tous les jours. Il y avait encore beaucoup de monde, mais l’énorme structure vieille de 1500 ans semblait presque déserte, même avec la centaine de personnes déjà à l’intérieur.

Elle a été achevée en 537 et reste, à ce jour, la structure la plus célèbre d’Istanbul, une ville qui regorge de joyaux historiques. Construite à l’origine par Justinien pour restaurer la gloire de l’empire romain, elle est restée pendant près de mille ans la plus grande église du monde, jusqu’à ce qu’en 1453, Mehmet le Conquérant la transforme en mosquée. Les mosaïques et les peintures représentant Jésus, Marie, Gabriel et d’autres portraits bibliques sont restées même après la conversion, peut-être même Mehmet a-t-il été impressionné par leur beauté.

Quelques centaines d’années plus tard, la mosquée a été transformée en musée et elle l’est restée jusqu’à aujourd’hui. Lorsque nous sommes arrivés, nous avons traversé un immense jardin extérieur et sommes entrés dans l’espace principal par les portes principales imposantes. La taille de cette pièce massive, les détails et la beauté de ses murs constituent un autre site indescriptible sur un blog.

Le dôme massif, orné de mosaïques, au centre est si haut, et les énormes murs à piliers de chaque côté sont si espacés, que le bâtiment semble s’étendre à l’infini. Nous nous sommes promenés pendant près de deux heures en montrant et en photographiant différents portraits et marques dorées tout autour du musée, mais aucune de nos photos ne rend justice à ce chef-d’œuvre architectural. Toutes les mosquées que nous avons vues étaient magnifiques, mais l’Aya Sofya est la plus belle.

Plus tard dans la journée, nous avons traversé le pont de Galata en tramway et sommes entrés dans Beyoglu, la « nouvelle Istanbul ». La large promenade pavée est bordée de toutes les grandes marques de magasins, de cafés branchés, de bars funky et même de Starbucks ! Nous n’avons pas pu résister. 2 venti extra hot caramel macciattos s’il vous plaît !

On s’est contenté de marcher dans la rue et de profiter de l’ambiance incroyable. Un orchestre entier a pris le vieux trolley qui circule toujours au centre de la rue, et ils se sont arrêtés et ont joué chanson après chanson pendant que les habitants dansaient autour. Il y avait des magiciens, des pirates, des chanteurs et des clowns, tous accompagnés par les vendeurs habituels qui criaient leurs chansons aux piétons de passage.

Nous avions prévu d’aller dans un Meyhane, ou quartier des bars locaux dans un réseau de ruelles étroites, mais nous avons passé tellement de temps à profiter de l’atmosphère bourdonnante des rues qu’au moment où nous sommes arrivés, à 9 heures un vendredi soir, toutes les tables étaient pleines et les places étaient toutes bondées. Nous avons dîné juste à l’extérieur du quartier, dans un petit restaurant sympathique, et c’était un soulagement pour nous. Je ne sais pas combien de kilomètres nous faisons chaque jour, mais nous pouvons certainement sentir la brûlure, surtout si nous portons des grenouillères.

Le dernier jour à Istanbul, nous nous sentions un peu fatigués, mais nous nous sommes levés et avons fait nos adieux à Chanan à notre restaurant pour le petit déjeuner, car il est fermé le dimanche et nous ne le verrons pas avant notre départ. Puis nous sommes allés nous promener dans les jardins autour de l’immense palais fortifié de Sultanamet.

Les arbres étaient si verts et il y avait des fleurs partout. Les habitants étaient étendus en groupes un peu partout, pique-niquant sur de grandes couvertures ou faisant simplement la sieste à l’ombre sous les arbres. Nous sommes retournés à notre chambre vers deux heures de l’après-midi et nous avons passé la majeure partie de la journée à étudier notre nouveau guide Lonely Planet de l’Afrique australe, car aujourd’hui nous nous envolons pour Le Cap, en Afrique du Sud !

C’est vrai, plus de passé. Nous sommes actuellement en train de rattraper le retard sur les blogs, donc nous sommes en train d’écrire ce blog depuis le hall de notre chambre d’hôtel à 2:30 le 10 juillet 2011 et nous nous envolons dans 5 heures. Nous quittons la Turquie en plein été, avec les jours les plus longs et le temps le plus chaud de l’année, et nous nous dirigeons vers l’Afrique du Sud dans l’hémisphère sud et donc en hiver, avec les jours les plus courts et le temps le plus frais.

Ce qui est en fait assez froid, dans le Highveld la température est susceptible de descendre en dessous de zéro la nuit, mais la majorité du pays sera agréable et chaud. Au Cap, la température diurne devrait être de 18-20 degrés, donc ça devrait être agréable. Ce sera non seulement un choc culturel, mais aussi un choc climatique.

Nous nous sommes habitués aux 30-40 degrés de la Turquie. Mais cela fait longtemps que nous attendons l’Afrique du Sud avec impatience. Nous avons loué une voiture pour 5 semaines et nous la récupérons à l’aéroport lorsque nous atterrissons. Nous allons parcourir le pays pendant près d’un mois et demi et profiter de ses sites touristiques de renommée mondiale et de ses routes côtières en cours de route. Des pingouins, des vignobles, des matchs de football, des lions, des éléphants, des girafes, des hippopotames, des phoques, des montagnes, des safaris, des randonnées et que sais-je encore. L’Afrique du Sud, nous y venons !

Vous aimez cet article ? Épinglez-le !

Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route - Voyager à Istanbul, Turquie - Chèvres sur la route

Voyage à Istanbul, Turquie

Avis de non-responsabilité :Goats On The Road est un associé d’Amazon et également un affilié pour certains autres détaillants. Cela signifie que nous recevons des commissions si vous cliquez sur les liens de notre blog et achetez chez ces détaillants.