Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise

Le premier jour de notre voyage, nous nous sommes dirigés vers la ville voisine de Byblos. Nous avons roulé et roulé et n’avons pas pu voir de panneaux pour cette ville… ce qui n’est pas si surprenant puisque nous avons appris que le Liban est mal signalisé. Bernie, le copilote, a consulté la carte et s’est dit que nous aurions dû la dépasser à ce stade.

Tout à coup, nous nous sommes retrouvés à Tripoli, une ville située à environ 45 minutes au nord (1/3 du pays) de l’endroit où nous étions censés être ! Oh bien, Tripoli pour la journée sonnait bien aussi. Nous avons garé la voiture dans le centre ville (après qu’un sympathique libano-canadien nous ait montré où aller) et nous nous sommes dirigés vers le marché. Le premier arrêt a été pour avoir du jus d’orange frais pressé par un libanais utilisant une vieille presse à main, délicieux.

JO fraîchement pressé, Tripoli, Liban

Nous avons erré dans les allées du marché pendant un bon moment en regardant tous les fruits et légumes frais, les viandes, les sucreries et les pains. On nous a proposé de goûter gratuitement différents fruits et pains, les gens étaient si sympathiques. Cependant, nous nous sommes sentis un peu pressés par les habitants qui étaient là pour acheter des produits ! C’était un super marché, sans aucun autre étranger.

Notre prochain arrêt était la section des savons du marché. Tripoli est connue pour ses savons naturels. Il y en a de toutes les formes et de toutes les tailles, même un énorme savon sculpté en forme de Coran. Nous avons été invités à prendre le thé dans une grotte fraîche à l’arrière du magasin. Le thé était si délicieux, épicé avec de la cardamome et de la cannelle ! Après notre pause thé, nous avons continué autour du marché et dans les rues pour une petite promenade avant de retourner à la voiture.

Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
Tissus en vente au marché de Tripoli, Liban.
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
pain fraîchement fabriqué au marché de Tripoli, Liban
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
têtes de chèvres à vendre au marché de Tripoli, Liban.
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
légumes frais en vente au marché de Tripoli au Liban
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
sympathiques libanais faisant du pain frais, Tripoli, Liban
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
Le Coran fait en savon, Tripoli, Liban
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
Nous buvons du thé dans une boutique du marché, Tripoli, Liban.
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
hommes locaux appréciant le thé et la conversation, Tripoli, Liban

De Tripoli, nous nous sommes dirigés vers le sud, vers la grotte de Jeita, un candidat pour le concours des 7 nouvelles merveilles naturelles du monde. Il s’agit d’une série de cavernes remplies de stalagmites et de stalactites ressemblant à des monticules de crème glacée fondante, à des choux-fleurs, à des stalactites et à la face inférieure nervurée d’un champignon. La grotte s’étend sur 6 km dans les montagnes et est incroyablement spacieuse et humide à l’intérieur.

Nous avons pris une gondole jusqu’à l’entrée de la grotte et ensuite pour voir la partie inférieure de la caverne, nous avons pris un bateau pour la traverser ! L’expérience était surréaliste. Encore un de ces moments qu’il est difficile de mettre en mots. Nous avons été à l’intérieur de nombreuses grottes au cours de nos voyages, mais celle-ci était la meilleure jusqu’à présent. Nous n’étions pas autorisés à prendre des photos à l’intérieur.

Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
vues sur le chemin de la grotte de Jeita, Liban

C’était une belle journée et à la fin, Nick conduisait comme un vrai Libanais. Ce sont les pires conducteurs qui soient. Nick devait être constamment sur la défensive tout en étant agressif. Il y avait des 3e ou 4e voies imaginaires, il fallait rouler sur l’accotement, les voitures et les camions se glissaient lentement dans notre voie sans raison, il n’y avait aucun panneau de signalisation et, en fait, aucune règle. Il était un pro et a fait un travail impressionnant. C’est un miracle que la voiture soit rentrée à Beyrouth sans une égratignure. Nous sommes rentrés à la maison après le Grotto et Bernie et Toni sont venus chez nous (ils ont traversé le hall, haha) et nous avons joué aux cartes, bu du vin et mangé des apéritifs jusqu’à tard dans la nuit.

Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
Toni et Bernie prenant un verre dans notre chambre à la Pension Home Valery, Beyrouth, Liban.

Le lendemain, Nick et moi avons pris la voiture seuls pour une excursion d’une journée. Nous nous sommes dirigés vers le sud-est, vers la réserve de cèdres du Chouf. Le trajet jusqu’à cette réserve était magnifique. La route monte et monte à travers de petits villages jusqu’à ce que nous atteignions le sommet avec une vue magnifique sur la vallée. La réserve de cèdres du Chouf contient un quart des forêts de cèdres restantes dans le pays et les arbres anciens remonteraient à 2000 ans ! Ces cèdres sont mentionnés dans l’Ancien Testament. Le temple de Salomon à Jérusalem et de nombreux sarcophages en Égypte ont été construits avec ce bois.

Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
Réserve de cèdres du Chouf, Liban
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
Randonnée dans la réserve des cèdres du Chouf, Liban.
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
Les beaux arbres de la réserve des cèdres du Chouf, au Liban.
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise
Il y avait quelques sentiers de randonnée ouverts au public et nous en avons choisi un et avons marché un peu avant de nous arrêter pour déjeuner – thon, crackers, fromage frais et légumes étaient au menu aujourd’hui. Nous avons marché pendant environ 2 heures et demie, atteignant un point où il y avait une petite plaque de neige. Nous sommes redescendus à la voiture et, au moment où nous allions partir, nous avons décidé d’essayer un autre sentier. Nous sommes ravis de l’avoir fait… c’est là que se trouvaient les vrais cèdres ! Nous marchions principalement parmi les pins, mais nous n’en avions aucune idée. Nous avons fait une autre randonnée d’environ une demi-heure et avons vu de nombreux vieux cèdres magnifiques.
Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise 2
rel= »attachment wp-att-4382″&gt ;Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise Dariece se tenant sous les arbres massifs de la réserve de cèdres du Chouf, au Liban.

C’était une belle journée et nous avons descendu la montagne pour retourner à Beyrouth. Sur le chemin du retour, nous avons remarqué que lorsque nous faisions environ 100 km/heure et que nous touchions les freins, la voiture se mettait à trembler. Nous l’avons donc ramené chez le concessionnaire le soir même et Nick est allé demander une autre voiture, tandis que j’attendais sur le siège passager.

Tout à coup, la porte s’est ouverte, un gros Libanais a sauté dedans et a démarré à la vitesse de l’éclair… avec moi sur le siège passager ! J’ai regardé en arrière pour voir Nick qui nous regardait d’un air confus, sinon inquiet, alors que nous partions, je suppose que je vais faire un tour de manège !

Il tirait des bords sur l’autoroute pour voir si les freins allaient trembler et oui, ils ont tremblé. Nous avons eu une conversation forcée et maladroite, puis il est retourné à l’agence de location, tout allait bien et était totalement inoffensif, juste un peu inattendu, c’est tout. Après cela, nous sommes rentrés à la maison avec notre nouvelle voiture, nous nous sommes détendus et avons bien dormi… Jour 3 du voyage demain matin.

Vous aimez ce post ? Épinglez-le !

Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise - Beyrouth et environs - Apprendre à conduire, à la libanaise

Beyrouth et ses environs - Apprendre à conduire, à la libanaise

Avis de non-responsabilité :Goats On The Road est un associé d’Amazon et également un affilié pour certains autres détaillants. Cela signifie que nous recevons des commissions si vous cliquez sur les liens de notre blog et achetez chez ces détaillants.