Un voyage de 4 jours en felouque - Un voyage de 4 jours en felouque

Nous sommes arrivés à Assouan tard dans la nuit après un beau voyage en train le long du Nil. Les routards à petit budget peuvent sembler bon marché en ne prenant jamais l’avion, mais ils peuvent voir des paysages que les jet-setters ne voient pas. Assouan est une ville étonnante située sur l’une des zones les plus pittoresques du plus grand fleuve du monde, nous savions donc que nous voulions avoir une vue depuis notre chambre.

Nous avons trouvé un bel hôtel juste au bord du Nil avec d’immenses fenêtres qui s’ouvrent pour laisser entrer la brise avec une vue parfaite sur le Nil. Nous avons négocié avec le directeur pour obtenir un prix que nous aimons payer et, comme toujours en Égypte, le petit-déjeuner est compris. Qui a dit qu’il n’était pas possible d’obtenir de belles chambres avec le budget d’un routard ?

Nous avons passé quelques jours à profiter du rythme de vie sur le Nil et à visiter quelques marchés. Mis à part le paysage, Assouan a un grand charme, mais il est quelque peu terni par ce que les routards à petit budget appellent : « les prix touristiques » et les préjugés des touristes qui en découlent. Il est difficile d’obtenir un prix équitable pour quoi que ce soit (même pour des photos d’identité) et tout le monde est prêt à faire de l’argent. Heureusement, nous n’étions pas là pour marchander, mais pour faire un tour en felouque (bateau à voile) sur le Nil jusqu’à Louxor.

Vue imprenable sur le Nil depuis notre chambre d’hôtel, Assouan, Égypte.
sac à dos en egypte
Chat avec des yeux de couleur folle, Assouan, Égypte

Nous avions convenu de rencontrer nos amis, Bernie &amp ; Toni dans un restaurant au bord du Nil à une certaine date et heure, et avions proposé à nos autres nouveaux amis Michel et Chisa de nous y rejoindre également s’ils le souhaitaient. Il s’avère que tout le monde est venu et s’est bien entendu. 5 Canadiens et un Japonais, bien sûr que nous nous sommes entendus, nous sommes tous des routards à petit budget !

En fait, Michel et Chisa avaient déjà rencontré Bernie et Toni. De toute façon, Michel avait rencontré quelques autres Canadiens dans le désert occidental qui avaient déjà fait le voyage en felouque et lui avaient recommandé un bon capitaine. Quelques jours plus tard, nous avons donc rencontré le capitaine, Magdy, et avons passé en revue les détails. Il semblait seulement un un peu douteux, alors on a pensé aller avec lui.

Il a insisté pour que nous composions le menu pour le voyage de 3 nuits et 4 jours qui allait suivre. Alors que nous lisions notre sélection de cuisine quelque peu extravagante, il a hoché la tête et approuvé chaque ingrédient improbable que nous avions demandé. On s’est dit « Super ! Tout ce que nous voulons ». Bien sûr, notre séjour en Égypte aurait pu nous donner des indices que cela ne se passerait pas comme prévu, mais nous avons quand même continué à visiter le bateau avec notre nouveau capitaine.

Bien sûr, le bateau était splendide ! Sa nouvelle voile étincelante brillait fièrement au clair de lune. On a pensé, « Super ! Ce bateau est beaucoup plus grand que nous le pensions ! » Puis nous avons accompagné le capitaine, Magdy, jusqu’à sa maison pour la sheesha, il nous a confirmé que la sheesha serait gratuite et qu’il y aurait de nombreuses saveurs sur le bateau. Nous avons fait nos adieux après une nuit de préparation apparemment productive et avons prévu d’appareiller deux jours plus tard.

felouque du fleuve nil
Visite des Tombes des Nobles à Assouan, Egypte
sac à dos en egypte
Chèvres sur la route profitant de la vue depuis les tombes des nobles, Assouan, Egypte.

Le jour est arrivé, nous nous sommes tous préparés à l’hôtel et le capitaine est arrivé à l’heure. Le premier des nombreux problèmes est survenu sur le chemin du taxi. Il n’avait pas acheté assez de bière. Ok, pas de problème, il est allé au magasin de bière et s’est réapprovisionné.

Puis nous sommes arrivés au bateau et c’était un bateau COMPLÈTEMENT différent, sa triste voile pendait, sale et frêle, dans le soleil du matin. Alors que nous sommes montés sur le bateau, notre supposé capitaine nous a fait un signe d’au revoir depuis la rive ! Ummm WTF ? haha, il nous avait laissé avec un équipage complètement différent de celui que nous avions rencontré auparavant. Nous nous sommes tous plaints et avons grogné un peu, devenant trop conscients de l’arnaque qui se déroulait. Cependant, nous n’allions pas laisser un capitaine sournois, un nouvel équipage et un bateau hagard ruiner cette expérience incroyable.

l'egypte pour les routards à petit budget
Bateau Felucca pour le voyage sur le Nil, Egypte

Nous avons navigué jusqu’au point de contrôle de la police (comme tous les bateaux le font en quittant Assouan). Il y a eu un problème et cela a pris un certain temps mais nous avons finalement recommencé à naviguer. Les vues depuis le bateau étaient à couper le souffle. Le Nil est comme du verre par endroits et la vie de village reste la même depuis des milliers d’années sur chacune de ses rives. Au fur et à mesure que nous nous éloignons de la ville d’Assouan et que nous pénétrons dans les régions plus rurales, un rideau de modernité se lève lentement, révélant les traditions séculaires et intemporelles de l’agriculture et des récoltes. Les enfants couraient le long des rives en faisant des signes de bienvenue, tandis que leurs aînés vieillis par le soleil se tenaient debout, pliés en deux, ramassant des stocks de céréales sur le sol dans les terres agricoles verdoyantes qui s’étendaient à l’horizon.

bateau felouque
Prêt à mettre les voiles ! Voyage en felouque, sur le Nil, d’Assouan à Louxor, en Égypte.
felouque bateau fleuve du nil
Voyage en felouque sur le Nil, d’Assouan à Louxor, Égypte

Après nos deux premières heures de navigation, notre premier déjeuner était préparé par Ayeman, notre matelot/cuisinier. Ayeman était gentil, mais il parlait peu l’anglais et ne pouvait donc pas répondre quand Bernie a demandé : « Qu’est-ce qu’on mange ? ». Bernie a appris à parler ce qu’il appelle le « nubanais », une sorte d’anglais lent, d’homme des cavernes, qu’il pense être plus compréhensible pour les locaux. « Qu’est-ce qu’on cuisine là ? » demande Bernie. « Des pommes de terre ? Des pommes de terre BIEN, le déjeuner est bientôt prêt ? Nous avons faim ».

Nous allions tous trouver son discours aussi efficace qu’hilarant au cours des jours suivants. Alors on a regardé le menu prévu pour voir ce qu’on sentait. Ok, nous étions tous d’accord, aujourd’hui ce sera salade de thon, dattes, banane, melon, et pain. MMM… J’ai hâte. Ce qui est sorti était toujours délicieux mais il manquait des protéines, de la viande ou des fruits. Difficile de se plaindre à ce stade cependant, en regardant le Nil, nous avons mangé le délicieux ragoût de pommes de terre et de légumes et avons parlé et ri entre nous.

bateau felouque rivière du nil
Baignade dans le fleuve Nil, Égypte

Après une bonne journée de détente et d’observation du Nil, nous nous sommes préparés pour le dîner. Notre menu suggérait un poulet rôti avec des pommes de terre et des légumes. Inutile de dire que ce fut une surprise lorsque le falafel et le pain sont arrivés sur le set de table, mais encore une fois c’était savoureux, nous avons tous mangé et continué à discuter.

Quand il a été temps de se coucher, nous nous sommes arrêtés sur la rive d’un village un peu bruyant et l’équipage d’Ayeman et Jimmy (Jamal) nous a enfermés pour nous protéger des moustiques. Le seul problème était le trou béant de 2 mètres dans leur couverture protectrice. Je suppose que cela permet d’évacuer tous les moustiques qui sont trop stupides pour suivre leur nez jusqu’à l’ouverture massive, mais pour des étrangers venant d’un pays où les maladies causées par les insectes portent des noms comme « le virus du Nil occidental », nous n’étions pas très heureux d’être sur le Nil exposés aux insectes.

Heureusement, Ayeman a remédié à ce petit inconvénient en utilisant ma couverture et celle de Dariece pour couvrir le trou. En tant qu’étrangers gâtés, nous avons expliqué que nous avions besoin d’une couverture pour dormir, alors avec des excuses polies, Ayeman a couru au village et nous a ramené une couverture. Peu importe le nombre de choses qui ont mal tourné au cours des deux jours suivants, nous avons vite compris que ce n’était pas la faute d’Ayeman ou de Jimmy. Ils ont également été dupés par Magdy et feraient tout ce qu’ils pourraient pour nous aider à nous sentir plus à l’aise.

Donc, Ayeman a couru dans sa maison au village et nous a pris une nouvelle couverture. Tout ce que nous savons, c’est que quelque part dans ce village, un chameau avait froid cette nuit-là parce qu’Ayeman avait pris sa couverture pour nous la donner. La couverture sentait les pieds, alors nous l’avons mise de côté, mais nous avons quand même été touchés par sa générosité.

voyage sur la felouque
Matin sur le Nil, Égypte

Nous avons tous dormi assez durement sur les 2X4 avec des coussins de canapé cette nuit-là et nous nous sommes réveillés avec le soleil levant un peu raides. Mais dès que nous avons déplacé notre couverture et regardé par le trou de la bâche, toutes nos plaintes ont été balayées par le soleil du matin. Le village où nous étions garés se réveillait lui aussi. Des ânes et des chèvres marchaient le long des berges, suivis de jeunes garçons avec des bâtons. Des hommes vêtus de jellibas traditionnels (chemises à col) et de bandeaux sont assis sur leurs porches pour prendre le thé du matin. Les petits écoliers sautaient sur le chemin de l’école ou du travail et le calme du Nil reflétait parfaitement le lever du soleil, ses couleurs dansaient dans le ciel et à la surface de l’eau avec une égale beauté. Nous avons tous commencé à voir à quel point ce voyage serait épique. C’est pour cela que les routards vivent.

promenade en felouque
Un homme profite du lever du soleil dans un village sur les rives du Nil, en Égypte.

En tant que routards à petit budget, nous devrions être habitués à manger léger. Eh bien, le deuxième jour a commencé avec ce qui semblait être des œufs frits, des toasts frits et un peu d’huile. Chaque jour, le pain devenait plus rassis, mais Bernie a expliqué comment il aimait le pain. « Le pain est super », a-t-il dit, ravi, « Il est juste un peu serré ». Nous avons tous ri et l’expression « serré » est devenue un slogan humoristique dans le groupe pour les choses qui craignent.

Nous avons bu quelques bières Stella matinales vers 9 heures et avons navigué vers un temple appelé « Kom Ombo ». En chemin, nous nous sommes arrêtés pour une baignade matinale dans le Nil. Au moment où nous avons atteint Kom Ombo, il faisait assez chaud. Bernie et Toni avaient déjà vu tellement de ruines en Égypte qu’ils se sont dits « ruinés » (jeu de mots) et sont donc restés sur le bateau. Michel, Chisa, Dariece et moi sommes montés et avons visité le temple. Kom Ombo est un temple massif surplombant le Nil qui a été construit à la 19e dynastie en l’honneur du Dieu Crocodile. Ses piliers massifs et sa salle hypostolique sont perchés sur les rives du fleuve, créant une lueur presque inquiétante qui se reflète dans l’eau. Nous nous sommes promenés dans le dédale de reliefs et de sculptures en nous demandant comment quelque chose d’aussi massif avait pu être créé il y a des milliers d’années.

bateau felouque egypte
Étonnant temple de Kom Ombo, fleuve Nil, Égypte

Lorsque nous avons fini de nous faufiler autour des piliers, nous sommes retournés à la felouque et avons mangé le délicieux déjeuner de poisson que Jimmy avait préparé. Il nous a expliqué comment il avait attrapé le poisson avec quelques dessins et des gestes de la main. Nous avons vaguement compris qu’il avait utilisé un piège près du village la veille. Le poisson en lui-même était incroyable, nous mangions enfin bien avec le budget d’un routard, mais nous avons trouvé un peu étrange que nous ayons passé tout le premier jour sans viande, et que dans ce déjeuner du deuxième jour nous ayons eu du poisson du Nil avec un accompagnement de thon en boîte.

bateau felouque
Un reflet parfait. Fleuve Nil, Égypte

Bref… après avoir mangé, nous avons repris la navigation. Nous avons navigué pendant quelques heures pour atteindre des tombes rupestres qui étaient taillées dans les falaises et qui se trouvaient juste au bord du Nil. Nous avons tous essayé de faire de la randonnée pour voir les tombes, mais l’un après l’autre, nous avons succombé à la chaleur intense de l’Égypte et sommes retournés à la felouque sans être entrés dans les tombes.

Personne n’était pressé d’aller quelque part, alors les gars ont pataugé et bu de la bière dans le Nil pendant que les filles se détendaient sur le bateau. A un moment donné, un bateau de croisière géant est passé et Bernie, Michel et moi n’avons pas pu résister, nous avons dû le luncher. Les riches touristes sur le bateau se sont précipités pour prendre leur appareil photo et photographier les trois culs blancs canadiens sur le Nil. Quelque chose que je suis sûr qu’on ne leur avait pas promis dans leurs brochures. Je suppose qu’il y a un peu plus de photos de mon cul qui circulent sur Internet maintenant.

Après que l’excitation soit retombée, on est monté à bord du bateau et on s’est préparé à partir. Il n’y a aucun moyen d’expliquer à quel point la vue était surréaliste depuis notre position sous les tombes, sauf pour dire que c’était encore un autre moment de voyage que je n’oublierai pas de sitôt.

navigation sur le nil
Les gars profitent d’une baignade dans le Nil, en Egypte.
navigation sur le fleuve nil
Des hommes se comportent comme des garçons ! Ils se moquent du bateau de croisière qui passe. Fleuve Nil, Égypte

Après avoir nagé pendant quelques heures, nous avons repris la mer, mais cette fois à la recherche du sheesha que l’on nous avait promis. Ayeman a finalement repéré une minuscule hutte en herbe avec ce qui ressemblait à des tuyaux de sheesha qui brillaient dans le soleil de fin d’après-midi, juste au moment où la journée touchait à sa fin. Nous sommes descendus du bateau et, bien sûr, il y avait un petit « café » au milieu de nulle part, avec des sheesha. Nous nous sommes tous assis et le jeune homme qui vivait là nous a offert un café. Nous avons tous accepté, nous attendant à l’habituel Nescafé que l’on trouve en Égypte. Au lieu de cela, il a apporté des grains de café frais dans un petit récipient en métal. Il a allumé un feu et pendant que nous fumions sur la puissante pipe sheesha, il a torréfié les grains sur le feu.

felouque naviguant sur le nil
Torréfaction de grains de café sur le feu. Fleuve Nil, Égypte

L’arôme était meilleur que tout ce que Starbucks a jamais senti. Il a ajouté un peu de gingembre dans les grains, ce qui semblait étrange à l’époque mais donnait au café une saveur agréable. Le jeune Égyptien s’est pris d’affection pour Bernie et après qu’ils aient discuté un moment, Bernie lui a donné un collier qu’il portait. Visiblement touché par la générosité de Bernie, il le remercie en arabe, « Shukran, Shukran », et se lève pour courir dans sa petite hutte. Lorsqu’il revient, il tient un petit flacon en verre qu’il donne à Bernie en retour. Le flacon contenait une eau de Cologne égyptienne dont nous nous sommes tous imbibés avant de dire au revoir à notre nouvel ami du café au milieu de nulle part.

Nous avons beaucoup mieux dormi cette deuxième nuit et nous nous sommes tous réveillés rajeunis alors que le soleil pointait à l’horizon et, une fois de plus, faisait briller les verts pâturages et donnait vie aux villages. Voilà ce qu’est le voyage en sac à dos à petit budget. Nous avons passé toute la journée à nous détendre, à lire des livres, à jouer au backgammon et à discuter, tandis que la vie défilait à un rythme lent sur la rivière. Nous nous sommes arrêtés pour nous baigner, avons pris des combinaisons de repas plus surprenantes et avons fait des siestes à plusieurs reprises.

Cette nuit-là était notre dernière nuit ensemble sur le Nil, nous avons donc prévu de célébrer avec quelques bières et le dîner de poulet rôti que Magdy nous avait promis à Assouan. Bien sûr, Magdy n’avait pas parlé à Ayeman et Jimmy de ce dîner au poulet. Ayeman a donc dû diriger le bateau en criant « Firakh ! Firakh ! » ( » POULE ! POULE ! « ) Finalement, nous nous sommes arrêtés dans un village qui avait du poulet et Ayeman est allé en ville pour en trouver. Il est revenu avec 3 petits poulets et un autre jeune homme qui vivait dans le village mais qui parlait parfaitement anglais.

Enfin, nous avons pu expliquer à Ayeman et Jimmy ce dont nous nous plaignions depuis quelques jours. Nous leur avons parlé du bateau que Magdy nous avait promis, des repas que nous avions acceptés et que nous n’avions pas reçus, et de toutes les petites arnaques qu’il avait réussi à nous faire. Ayeman et Jimmy, qui comprenaient enfin nos préoccupations traduites dans leur langue, semblaient sincèrement s’excuser et nous avons accepté une réduction de prix. Ils nous ont expliqué que Magdy était un « homme clivant » et que nous devions écrire à son sujet sur Internet afin que d’autres touristes et d’autres capitaines de bateau ne soient pas victimes de ses arnaques. Michel a écrit un avertissement pour tous les clients potentiels du bateau d’Assouan sur Trip Advisor.

l'egypte pour les routards
Amarré sur les rives du Nil, Égypte

Nous avons tous dormi profondément cette nuit-là et nous nous sommes réveillés vers 8 heures du matin pour notre dernier jour de ce voyage épique. Ayeman avait prévu un camion pour nous conduire à Edfou. Nous avons fait nos adieux à Jimmy et Ayeman et leur avons payé le prix réduit, plus un pourboire qui semblait les rendre tous deux très heureux. Le visage d’Ayeman s’est illuminé et il a embrassé chacun de nous sur les deux joues (un geste amical typique en Égypte) et a dit « shukran » à plusieurs reprises. Nous sommes montés dans le camion et avons traversé des villages très ruraux en direction d’Edfou. Le court trajet de 30 minutes était magnifique. Les enfants faisaient du vélo et couraient derrière le camion en criant « hello ! », les hommes montés sur des ânes se promenaient sur les chemins le long de leurs fermes, et notre camion s’est arrêté pour laisser les chèvres sur la route traverser devant nous.

Lorsque nous sommes arrivés à Edfou, nous pouvions déjà voir le temple massif vers lequel nous nous dirigions. Michel, Chisa, Dariece et moi attendions avec impatience le temple d’Horus à Edfou plus que tous les autres temples du Nil. Bernie et Toni étaient encore « ruinés », alors ils ont gardé nos sacs pour nous pendant que nous entrions pour voir le temple. De l’extérieur, Horus ressemblait à un bloc massif en forme de « U ». Mais en entrant, nous avons réalisé qu’il s’agissait en fait d’un énorme labyrinthe de salles hypostoliques, de bibliothèques anciennes, de reliefs parfaitement conservés et de nilomètres (outils anciens servant à mesurer le niveau des crues du Nil). Le temple d’Horus à Edfou est le temple le mieux conservé et le plus intact d’Égypte. Certaines des sculptures sur les murs semblent avoir été réalisées hier, alors qu’elles sont restées intactes pendant plus de 2000 ans. Il contenait 56 colonnes massives, toutes dotées d’un chapiteau de forme différente sculpté au sommet, qui les reliait au toit en dalles de marbre.

l'egypte en sac à dos
Le remarquable temple d’Edfou, Egypte
temple d'edfou
Marche parmi les piliers parfaitement conservés du temple d’Edfou, en Égypte.

C’est de loin le plus beau temple que nous ayons vu dans toute l’Égypte. Tous les temples avant lui et même les temples de Louxor ont pâli en comparaison, car Horus était si bien conservé. Il était difficile de croire que quelque chose d’aussi massif était recouvert de sable et de rochers il y a seulement 200 ans avant d’être découvert et fouillé par Auguste Mariette au 19e siècle. Il semble impossible qu’un bâtiment aussi énorme et élancé ait pu être construit sans l’utilisation de machines modernes. Ce sont des temples comme le temple d’Horus qui créent les légendes d’extraterrestres aidant les anciens Egyptiens à construire des structures. Il semble qu’il n’y aurait pas d’autre moyen de construire quelque chose d’aussi incroyable.

Quelle belle façon de terminer un voyage épique sur le Nil avec nos amis. Ce voyage en bateau aurait pu se terminer de bien des façons. Nous aurions pu ne pas avoir de problèmes avec des capitaines sournois et de la mauvaise nourriture. Nous aurions pu avoir ce beau bateau qu’on nous avait promis. Parfois, les routards à petit budget doivent renoncer à certains luxes (comme la bonne nourriture), mais au final, le voyage n’aurait pas pu être meilleur. Nous avons eu d’excellentes expériences, de belles photos et une excellente compagnie. Nous nous sommes fait de nouveaux souvenirs et de nouveaux amis, ce qui est l’essence même du voyage. Et qui sait, peut-être qu’un jour nous croiserons à nouveau le chemin de nos compagnons de route, Michel et Chisa, Bernie et Toni. « Insha Allah ». (Quoi qu’il en soit, le voyage en felouque sur le Nil restera dans les annales.

Vous aimez ce post ? Épinglez-le !

Un voyage de 4 jours en felouque - Un voyage de 4 jours en felouque

Naviguer sur le Nil : Un voyage de 4 jours en felouque - Partie 1

Avertissement :Goats On The Road est un associé d’Amazon et également un affilié pour certains autres détaillants. Cela signifie que nous recevons des commissions si vous cliquez sur les liens de notre blog et achetez chez ces détaillants.