Ce qui en fait l’une des des sites archéologiques les plus importants de Grèce. Cependant, c’est le seul site du pays où des maisons privées ont été retrouvées en excellent état. Des temples, des théâtres, des stades, des gymnases et d’autres structures et bâtiments monumentaux ont été découverts dans de nombreux endroits. De même, dans certaines régions, comme par exemple à Pella et Eretria, des fondations de maisons et des sols en mosaïque ont été trouvés, mais malheureusement, les maisons elles-mêmes ne sont pas conservées en hauteur.

A Delos, par contre, elles sont merveilleusement conservées et nous donnent une image presque complète de l’architecture, de l’aménagement intérieur, des matériaux utilisés, de la décoration des murs, de l’approvisionnement en eau et du système d’égouts de l’antiquité. Vous aurez l’occasion d’explorer l’île mystique de Délos et d’obtenir des informations précieuses sur les sujets suivants Patrimoine grec.

L’histoire de Délos

Le site archéologique de Délos – crédits : discovergreece.com

Le site histoire de Délos est intimement liée à la mythologie, car elle était considérée comme le lieu de naissance d’Apollon, fils de Zeus, et donc un lieu sacré. Sa position était également déterminée dans la mythologie. En particulier, avant qu’elle ne devienne Délos, qui se traduit par « visible », elle était un rocher flottant et errant, appelé « Ortygia » ou « Adilos », qui signifie « invisible ». Poséidon a ancré le rocher au centre absolu des quatre points cardinaux concernant sa position dans la mer Égée. Il est situé presque à égale distance du continent au nord-ouest, avec Chios et Rhodes à l’est, Crète au sud, et la Péloponnèse à l’ouest.

Sa position géographique a attiré l’intérêt de la Grecs anciens, ainsi que d’autres lieux qui occupent des positions géométriques importantes dans leur approche mathématique élaborée de la géographie, comme Delphes. La création de ces mythes, étant donné l’emplacement de l’île, n’était qu’une question de temps. Sa situation géographique a en effet apporté une grande richesse à Délos, comme Leto, la mère d’Apollon, l’avait promis, un fait qui unit la mythologie à l’histoire de la manière la plus fascinante.

Retrouvez notre guide sur les cyclades, les magnifiques iles grecques.

Le mythe

Le site archéologique de Délos – crédits : discovergreece.com

Dans la mythologie primitive, la première référence à Delos est due à son apparence de rocher invisible qui flottait sans but dans la mer, et qui s’est formée lorsqu’Astéria, la sœur de Léto, s’est transformée en rocher pour échapper à Zeus. Justifiant sa réputation de coureur de jupons, Zeus a par la suite poursuivi et laissé Leto enceinte, ce qui a provoqué la colère d’Héra, qui a collaboré avec les autres dieux pour empêcher Leto d’accoucher partout dans le monde et sous le soleil. Pour cette raison, Leto n’a pas eu d’autre choix que de parcourir le monde à la recherche d’un endroit sûr pour accoucher, bien qu’elle soit dans les derniers jours de sa grossesse.

Zeus a fait appel à son frère, Poséidon pour les aider à trouver un endroit dans la mer où Leto pourrait se reposer et donner naissance à l’enfant de Zeus. Poséidon prit alors le rocher flottant invisible, « Adilos », et l’ancra dans la mer avec quatre colonnes de chaînes de diamants, puis le rebaptisa « Delos ».

Les Grecs croyaient fermement à ce mythe. C’est la raison pour laquelle de nombreux chasseurs de trésors courageux ont perdu la vie en essayant de récupérer les chaînes de diamants au fond de la mer.

Selon le mythe, Leto a promis à Delos qu’elle ferait de l’île la plus riche du monde si Delos lui permettait de s’y reposer et de donner naissance à son enfant. Elle promit également que son enfant ne quitterait jamais le rocher. Ainsi fut-il convenu, et Léto se rendit au lac sacré, au centre duquel se trouvait un palmier.

Là, et sans aide, car Héra avait interdit à Eilithia -déesse des accouchements et des sages-femmes- d’aider Léto, elle donna naissance à des jumeaux. Le premier était Artémis, déesse de la chasse et de la virginité. Neuf jours plus tard, elle donna naissance à Apollon, le dieu de la vérité et de la lumière.

Il est intéressant de noter que, selon la légende, Artemis un bébé de neuf jours, a en effet pu aider sa mère à ramener son frère à la lumière. Dans le site Attica En Attique, et plus précisément à Vravrona, Artémis était vénérée comme la déesse de la végétation et de la chasse, et comme la protectrice des femmes pendant l’accouchement et des nouveau-nés. Elle devait évidemment renaître pour remplir le rôle qui lui était assigné.

A partir de ce moment, Délos est devenu un lieu sacré, restant à jamais baigné de la lumière d’Apollon. Il faut devenir un témoin personnel de l’unicité de cette lumière apollinienne pour comprendre.

L’histoire de Delos


Le site archéologique de Délos – crédits : discovergreece.com

Delos a une longue et fascinante histoire qui remonte au troisième millénaire avant Jésus-Christ. Sur la base d’un rapport de Thucydide, les premiers habitants sont censés avoir été des Kares. Des vestiges de huttes elliptiques ont été découverts au sommet de la colline de Kynthos, à une hauteur de 113 m, d’où les résidents pouvaient facilement surveiller et contrôler la petite vallée et la mer environnante.

Environ mille ans plus tard, l’histoire de la région s’est poursuivie avec les Mycéniens, lorsque de vastes établissements ont commencé à être construits. Le sanctuaire apollinien avait déjà été établi depuis l’époque homérique et a atteint son apogée pendant les périodes archaïque et classique. Le mythique roi mycénien de Délos, Anios, fils d’Apollon et arrière-petit-fils de Dionysos, avait tenté de maintenir la neutralité dans les conflits de l’époque.

Il accueillit le seigneur de Troie, Aghisis, mais aussi la flotte des Achéens, et plus tard Énée, fils d’Aghisis, qui s’échappa de la Troie en feu. Lorsque ce monde s’effondra vers 1100 av. J.-C., les Ioniens s’installèrent sur l’île, qui devint leur centre religieux, et le resta jusqu’en 540 av. J.-C., lorsque les Athéniens prirent le contrôle de l’île pour la perdre pendant les guerres perses.

Délos est sortie indemne des guerres perses car les Perses la considéraient comme sacrée et ne l’ont pas pillée comme les autres îles des Cyclades. En 478 avant J.-C., après la fin de ces guerres, l’Alliance délienne des cités grecques a été fondée pour faire face aux menaces futures. Le siège de l’alliance était Delos ; l’énorme montant des contributions des cités alliées y était conservé et les réunions des représentants y avaient lieu.

Très vite, l’alliance délienne se transforma en hégémonie athénienne et les alliés devinrent presque des sujets des Athéniens. L’argent du fonds commun a été transféré en 454 av. J.-C. à l’Acropole d’Athènes, apparemment pour des raisons de sécurité, mais en réalité pour financer l’ambitieux programme de construction de Périclès. En 476 av. J.-C., la construction du second temple d’Apollon, le Grand Temple ou le Temple de Délia, commence.

Sa construction fut arrêtée après le transfert du fonds à Athènes et se poursuivit pendant la période de l’indépendance délienne -314-166 av. J.-C.- sans jamais être achevée. Vers 540-528 av. J.-C., le tyran d’Athènes, Peisistratos, à la suite d’un oracle de Delphes, imposa la première purification de l’île, promulguant une loi selon laquelle personne ne pouvait mourir ou naître sur l’île sacrée.

Thucydide écrit à ce propos que dans les premières années de la guerre du Péloponnèse, les Athéniens, entassés dans les murs de la ville, se trouvaient dans une position désespérée à cause de la peste qui affligeait les habitants. On estime qu’en 427-426 av. J.-C., l’épidémie mortelle a fait 30 000 morts.

Thucydide affirme que les Athéniens avaient atteint un tel degré de honte que « ni la crainte des dieux ni la loi des hommes ne pouvaient les retenir ». Dans une telle atmosphère de désespoir et d’insécurité, ils ont commis un crime odieux, la « purification » de Délos, apparemment pour des raisons de piété.

Ils ont ouvert toutes les tombes qui existaient sur l’île et ont transporté les ossements et les offrandes à Rhenia, où ils les ont enterrés dans une fosse commune. En même temps, ils décidèrent que personne ne devait naître et mourir à Délos, mais que les taux d’intérêt et les grands malades seraient transférés à Rhénia. Depuis lors, personne n’est né, personne n’est mort et personne n’a été enterré sur l’île sacrée.

Les Déliens, comme le voulaient les Athéniens, devinrent apatrides. En 422 av. J.-C., les Athéniens ont achevé la « purification » en exilant toute la population locale. Les Deliens se réfugient à Adramyttio en Asie Mineure, à l’invitation de Farnakis, où ils sont massacrés.

Les rares survivants reviennent à Délos après une opération de l’Oracle de Delphes. Immédiatement après la purification, alors qu’ils étaient en état de guerre, les Athéniens entreprirent, par remords ou par crainte, les travaux extrêmement coûteux de construction d’un autre temple d’Apollon en marbre blanc pentélique et instaurèrent la Délie, une fête en l’honneur d’Apollon qui avait lieu tous les cinq ans.

L’inauguration de ce troisième temple, le temple des Athéniens, eut lieu avec un éclat impressionnant en 417 avant J.-C., par le modéré Nikias. Pendant la tyrannie de Peisistratos ou de ses fils, on construisit le temple poreux d’Apollon, qui abritait une statue surnaturelle du dieu, œuvre de Tectaius et d’Angelion.

À partir de la fin du Ve s. e.g., la seule activité de construction importante dans le sanctuaire fut l’achèvement partiel du temple de Délia et la construction d’un nouveau temple d’Artémis. Cependant, pendant la période d’indépendance, les souverains des états hellénistiques rivalisèrent dans la construction ostentatoire de bâtiments glorieux sur l’île sacrée, où tous les Grecs pouvaient voir et admirer leur richesse et leur puissance.

Toute la surface du sanctuaire était remplie de centaines de statues de marbre et de bronze, offrandes votives coûteuses de villes ou de riches individus, dont seuls les piédestaux inscrits ont survécu. Les Athéniens ont maintenu leur contrôle jusqu’en 314 avant J.-C., puis Délos est passée dans la sphère d’influence des Macédoniens. Il convient de noter que lorsque les Macédoniens ont pris le contrôle de l’île, celle-ci a commencé à prospérer en tant que centre commercial, car elle était parfaitement située pour faciliter les échanges avec l’Égypte, la Syrie et l’Asie mineure.

Après la mort d’Alexandre le Grand, la mer Égée a été secouée pendant près de quarante ans par les guerres des généraux ambitieux qui lui ont succédé. En 314 av. Antigonus déclare la Grèce libre et annonce un retour à la politique du gouvernement démocratique d’Alexandre.

Sa flotte atteint la mer Égée, où les îles de Lemnos, Imvros et Délos se sont déjà révoltées contre Athènes et les Cyclades contre Kassandros. Athènes conservait encore l’éclat d’un centre culturel mais était désormais une ville en déclin qui ne jouait aucun rôle essentiel dans les développements politiques.

Antigonus et son fils Démétrios l’assiégeant fondent la Commune des Insulaires avec un centre religieux à Délos, qui est déclarée libre et indépendante. À partir du milieu du IIIe siècle avant J.-C., l’île sacrée d’Apollon devient un important centre commercial, avec l’établissement de riches hommes d’affaires et banquiers. À partir de 168 av. Delos, comme le reste de la Grèce, passera progressivement sous le contrôle de Rome.

L’île est déclarée port franc – c’est-à-dire port hors taxes -, ce qui entraîne le déplacement de riches marchands et armateurs romains, ainsi que de personnes venant de toute la Méditerranée. On estime que vers 90 avant J.-C., cette petite île, qui n’est qu’un point sur la carte de la Méditerranée, abritait environ 30 000 personnes.

D’après les inscriptions votives et les monuments funéraires de Rhénanie, il semble qu’en dehors des Athéniens et des Romains, qui constituaient la majorité de la population, Délos était habitée par des gens venus du Péloponnèse, de la Grèce centrale et occidentale, de Macédoine, des îles de la mer Égée, de la Thrace et de la mer Noire, de la péninsule du Taurus, de Troie, de Mysia, d’Éolide, d’Ionie, de Lydie, de Carie, de Lycie, de Bithynie, de Paphlagonie, du Pont, de Cappadoce, de Pisidie, de Pamphylie, de Cilicie, de Syrie, des médias, de Chypre, d’Égypte, de Kyrenia et d’Arabie, entre autres régions.

Cependant, de 88 av. J.-C. à 69 av. J.-C., l’île a été détruite et pillée à deux reprises : en 88 av. J.-C. par Eupator, roi du Pont, Mithridate, qui a choisi cette voie pour porter atteinte à la puissance et au prestige de la souveraine Rome. Et en 69 avant J.-C. par les pirates d’Athénodore, un allié de Mithridate. Jusqu’alors, une telle chose était impensable chez les Grecs.

Les Romains après la catastrophe ont compris que le caractère sacré de l’île ne suffit pas à arrêter les intrigues et ont entouré la partie principale de la ville. Cependant, l’île avait définitivement perdu son caractère sacré, malgré les efforts de l’empereur Hadrien pour faire revivre l’atmosphère sacrée et la crainte des festivités.

La période de déclin est caractérisée par le fait que les Athéniens voulaient vendre l’île, mais aucun acheteur n’a pu être trouvé. Au cours des premiers siècles chrétiens, le peuplement de l’île s’est réduit et Délos est redevenue « invisible ». Ce qui restait de l’ancienne gloire a été pillé lors d’une série de catastrophes successives : en 727 après J.-C. par l’empereur iconoclaste de Byzance Leo Isavros, en 769 après J.-C. par les Slaves et en 821 après J.-C. par les Sarrasins.

Delos n’était plus qu’une vaste ruine. Tout au long du Moyen Âge, elle servait exclusivement aux îles environnantes comme lieu d’approvisionnement en matériaux de construction, tandis qu’elle était transformée en un immense four à chaux, où fondaient des monuments et des sculptures en marbre pour la production de chaux.

Raisons de visiter la charmante île de Délos


Delos – crédits : exploringworldsoldandnew.com

  1. C’est à un souffle de la cosmopolite Mykonos. Par conséquent, vous pouvez enrichir vos vacances en Grèce par une visite culturelle qui s’écarte des activités typiques auxquelles on se livre en visitant la « reine des Cyclades ».
  2. Elle est étroitement liée à Mythologie grecque. Dès que vous poserez le pied sur l’île historique, un monde entier d’excellence antique se dévoilera devant vous. Vous pourrez y voir les célèbres mythes et légendes grecs prendre vie, et respirer le même air que celui que les lieux respiraient il y a des milliers d’années.
  3. C’est un endroit où les anciens L’histoire grecque est exposée. Surtout si vous êtes un passionné d’histoire, vous serez absolument conquis. L’île entière est un site archéologique majestueux qui vous fera découvrir le patrimoine de notre pays. Vous aurez l’occasion de vous émerveiller devant des temples et des monuments anciens, tout en découvrant ce qu’était la vie quotidienne sur l’île il y a plusieurs siècles.
  4. Pour accéder à Delos, vous devrez naviguer sur les eaux chatoyantes de la mer Égée lors d’un voyage à la voile qui vous fera apprécier la beauté de la Grèce dans toute sa splendeur. N’hésitez pas à saisir l’opportunité d’une telle expérience, sinon vous risquez de le regretter !
  5. Vous aurez l’occasion de nager dans des eaux bleues profondes étonnantes que la plupart des gens n’ont pas l’occasion de connaître. Que vous plongiez dans la mer depuis votre bateau ou que vous rejoigniez l’une des plages voisines, ce sera une aventure de baignade que vous n’oublierez jamais !

Comment s’y rendre


Delos – crédits : naxosyachtcharter.com

A 65 milles nautiques de Lavrio et à seulement 3,5 du port de la ville cosmopolite de Naxos. Mykonos, Delos se dresse fièrement comme le plus important centre religieux, mais aussi comme l’un des plus grands ports du monde grec antique.

Vous pouvez rejoindre l’île de Délos par les bateaux qui partent du vieux port de Mykonos tous les jours, sauf le lundi, à 9h00, 10h00 et 11h00 du matin, et reviennent à 12h15, 13h30 et 15h00. Les bateaux à destination de Délos partent également de Tinos, Paros, et Naxosmais pas régulièrement.

Il est interdit de séjourner sur l’île en dehors des heures d’ouverture du site archéologique -8.30-15.00-. Le billet aller-retour coûte 15 euros. L’entrée au site archéologique est de 5 euros pour les adultes et de 3 euros pour les enfants et les personnes âgées de plus de 65 ans.

Une cantine à côté du musée vend de l’eau, des boissons non alcoolisées et des snacks, mais aussi des souvenirs ! Elle dispose également de quelques tables, mais elle n’est pas située dans un endroit ombragé où vous pourrez vous détendre. L’ombre n’existe pas à Délos, il n’y a que du soleil et de la lumière ! Sans surprise, les lunettes de soleil, les chapeaux et les baskets sont considérés comme essentiels pour votre voyage là-bas.

Comment explorer le site archéologique de Délos ?


Le site archéologique de Délos – crédits : journeygreece.com

DelosL’île de Délos, en tant que lieu sacré où se trouvaient de magnifiques édifices et sanctuaires, n’a jamais été oubliée et les voyageurs ont reçu de nombreux rapports sur les ruines visibles sur l’île. De nombreuses sculptures ont été transférées dans des musées en Grèce et à l’étranger, tandis que les marbres des bâtiments antiques ont été utilisés comme matériaux de construction par les habitants des îles environnantes.

Delos n’est sortie de l’obscurité qu’au XIXe siècle, alors que les fouilles ont commencé en 1873 par l’École française d’archéologie d’Athènes et le Service archéologique grec. De 1904 à 1914, les parties les plus importantes de l’antique Délos ont été découvertes sous la direction de M. Holleaux et grâce à la généreuse subvention du duc de Loubat. Il y eut également une période d’intense activité de fouilles de 1958 à 1975. Les fouilles sont toujours en cours par le Service archéologique hellénique et l’École française d’archéologie, mais le centre de la vie religieuse, politique et commerciale, ainsi que de nombreuses résidences privées, ont déjà été découverts.

Le Musée archéologique de Délos est l’un des plus importants musées archéologiques de Grèce. Le musée a recueilli de riches trouvailles provenant des fouilles menées par l’École française d’archéologie depuis plus d’un siècle. Les pièces exposées sont d’une rare beauté et d’une grande valeur archéologique, comme des sculptures, des vases, des inscriptions et des mosaïques. La riche collection de sculptures du musée, du début de la période archaïque jusqu’à l’époque romaine, est particulièrement importante. De nombreuses bases de statues en bronze ont été sauvées dans le site archéologique de Délos, qui n’ont malheureusement pas pu résister à l’usure du temps. Le musée compte 9 salles, où les objets exposés sont placés par ordre chronologique et thématique.

L’histoire de l’île va bien au-delà de l’époque à laquelle la plupart des visiteurs se réfèrent lorsqu’ils parlent de la « Grèce antique » -l’âge d’or de Périclès- et géographiquement bien au-delà des frontières de l’alliance athénienne des Cyclades. Un fait qui implique la coexistence des premiers monuments cycladiques, classiques, hellénistiques, romains, syriens et autres dans l’île. le plus grand site archéologique de Grèce.

La visite commence à l’Agora des Combattants, une grande place ouverte juste à côté du port sacré, sur le côté nord de laquelle se trouve la Stoa de Philippe et un petit temple ionien que le « roi des Macédoniens dédie à Apollon », comme l’indique une inscription pertinente. Étant donné l’importance – et par conséquent, le nombre de visiteurs – de l’île tout au long des périodes classique, hellénistique et romaine, la construction de temples et d’autres monuments à Délos était une démonstration maximale de force et de richesse pour la ville ou les personnes qui ont entrepris les travaux, d’où la grande variété d’origines des hommages – qui comprennent des monuments des Deliens, des Naxiens, des Italiens, des Syriens et d’autres.

L’itinéraire continue, en passant par la Agora de Deliaà l Sanctuaire d’Apollonle centre du culte religieux de l’île. Derrière celui-ci, le monument le plus photographié de Délos, les Lions d’Andros, crée peut-être plus intensément que tout autre endroit de l’île, la stupeur chez le visiteur. Même si ses lions de marbre, un hommage des Naxiens à Phoebus, sont des copies exactes des originaux, datant du 7e siècle av. J.-C. et sont conservés dans le musée de Délos, leurs figures imposantes, regardant l’est dans un éternel rugissement, donnent le sentiment d’une sinistre sainteté dans l’espace.

Le pas est devenu plus lent alors que vous continuez la visite jusqu’au lac maintenant asséché. Un palmier se dresse avec arrogance à ses côtés, apportant l’image la plus incongrue à un paysage déjà chargé de contrastes : des marbres blancs s’appuient sur des dalles de granit, des mosaïques colorées ornent des cours de pierre, des amphores rouges émergent parmi les mauvaises herbes cuites sous la ruche.

En face du lac, se dressent les colonnes toutes blanches de l’un des monuments les mieux conservés, celui du Club des Pyridoniens de Beyrouth – armateurs, banquiers et marchands de Beyrouth – qui date du IIe siècle avant J.-C. et comprend des temples dédiés à Poséidon et à Hercule, entre autres. De là, les deux branches de l’itinéraire mènent l’une au stade, au lycée et à l’hippodrome, et l’autre au quartier des théâtres.

Le Musée de Délos


Le musée de Délos – crédits : realgreekexperiences.com

Parmi eux, tout autre que l’impressionnant bâtiment abrite ceux des découvertes des fouilles qui n’ont pas été transférées au Musée archéologique d’Athènesle Louvre, le British Museum, Venise et le reste de l’Europe. Si le sang-froid n’est pas le point fort de votre caractère, nous vous empêcherons d’entrer. Mais comme nous savons que la curiosité anime une partie importante de cette planète, nous devons au moins vous prévenir que l’intérieur du musée est, sinon scandaleux, clairement frustrant.

Le sentiment d’abandon est omniprésent dans toutes les pièces, qui, en plus de l’absence évidente de climatisation, souffrent également d’un manque de ventilation adéquate. Les lucarnes sont placées juste sous le plafond, la plupart du temps fissurées, et avec des rampes en fer à l’extérieur pour compléter le ridicule absolu de l’image. Le phénomène du sauna qui est créé soulève la question raisonnable de savoir pourquoi le transfert des objets exposés du site archéologique en plein air à l’intérieur d’un musée qui leur fournit tout sauf un entretien approprié. La réponse tout aussi raisonnable réside dans l’ambitieux projet de décourager les archéologues en plaçant des panneaux « pas d’amarrage, etc. », comme nous l’avons dit au début.

Peut-être la découverte la plus importante des fouilles, les lions de Délos sont tous logés dans une pièce allongée bleutée, avec deux rangées de fenêtres – des lucarnes sur les deux murs latéraux, sauf une, qui orne une place de Venise. L’entrée dans cette salle inspirée est interdite. Le visiteur a un contact visuel avec les imposants lions de côté, car ils se tiennent dans l’étroite ouverture de la salle étroite et longue.

Pour mémoire, les pièces exposées – qui comprennent des statues des périodes archaïque, classique et romaine, des céramiques et des objets de la vie quotidienne, ainsi que des sols en mosaïque de la période hellénistique – sont particulièrement intéressantes et d’une grande importance historique. Il vous faudra environ une demi-heure pour visiter toutes les salles du musée.

Le quartier des théâtres

delos getyourguideSite archéologique de Delos – crédits : getyourguide.com

La meilleure attraction -à notre avis- du site archéologique de Délos est constituée par les allées de granit gris argenté qui montent vers le théâtre antique. A leur droite et à leur gauche, des monuments dont le Maison de Dionysos, la Maison des Masques, et la Maison des Dauphins. sont décorées de magnifiques sols en mosaïque colorés, extrêmement bien conservés, dont la plupart représentent Dionysos sur une panthère.

Au bout de la route montante, le théâtre en pierre d’une capacité de 5 500 spectateurs datant du IIIe siècle avant J.-C. – et qui a été construit pour remplacer un théâtre en bois plus ancien – n’est que partiellement préservé. Plus impressionnante est la fontaine minoenne, juste à côté. Il s’agit du réservoir public creusé dans la roche dans la seconde moitié du VIe siècle avant J.-C., et qui alimentait en eau la majeure partie de l’île.

Si vous avez exercé votre endurance au soleil, vous monterez les escaliers qui mènent au point culminant de l’île, la « montagne »… Kynthos – dont l’altitude ne dépasse pas 113 mètres. En chemin, vous rencontrerez les sanctuaires de dieux étrangers (syrien, égyptien, et dieux de Samothrace). Au sommet, vous serez récompensé de l’ascension par la vue panoramique sur les îles environnantes et les eaux bleues limpides qui scintillent sous la lumière. En ce moment même, là-haut, vous prêteriez un serment qui vient directement de la couronne d’un dieu conduisant un char aux chevaux ailés.

Les meilleures plages pour se baigner à proximité

La mer de Délos – crédits : athenstourgreece.com

Vous pouvez plonger à Plage de Fournique vous atteindrez si vous suivez pendant environ 15 minutes le chemin relativement inaccessible qui commence à droite du port, en regardant vers l’intérieur des terres.

Certains d’entre vous ne connaissent peut-être même pas son existence mais Rhenia est connue des gens de Mykonos car il s’agit d’une île, qui est séparée de l’île de la mer. Delos par un petit détroit. Elle se caractérise par ses plages isolées et, en même temps, d’une beauté unique.

Pour visiter ces plages, nommées Glyfada, Stena, Lia et Ampelia.vous devez vous y rendre en bateau, à moins que vous ne fassiez déjà une croisière. La mer a une couleur turquoise qui change au fur et à mesure que l’on s’approche du rivage. Il est bon de commencer dès le matin, pour profiter de votre baignade, du soleil et de votre promenade autour de la côte.

Bien sûr, la meilleure façon de visiter Delos et de se baigner dans les eaux magnifiques qui se trouvent à proximité est de s’inscrire à notre programme d’excursions. Journée complète de voile à Mykonos : Visite guidée de Delos et baignade à Rhenia. ou Plages du sud de Mykonos, Rhenia et Delos, croisière en voilier avec transport. seul ou avec votre famille et vos amis.

Si vous visitez Grèce, le Cycladeset surtout Mykonosvous devez absolument visiter cette petite île qui est considérée comme un paradis terrestre pour ceux qui apprécient la beauté de la nature. l’histoire et la culture grecques, ainsi que les eaux cristallines de l’océan mer Égée. Naviguez jusqu’à Delos et laissez le monde magique de la mer Égée s’ouvrir à vous. la Grèce antique vous faire tomber à la renverse !