L'art des Doulamas - L'art des Doulamas

Un doulamas bleu foncé, de style urbain, domine cette pièce de l’Atelier Argos. Sa base est en laine, comme du feutre, et sa broderie est réalisée avec des fils métalliques argentés tordus. Une tenue militaire formelle d’une époque révolue, cet imposant vêtement a nécessité huit mois de travail. « Mais je n’y ai pas travaillé tous les jours« , explique son créateur, Aristidis Tzonevrakis.

Sous la domination ottomane, les tailleurs de l’époque se déplaçaient avec leurs assistants, cousant des commandes sur mesure. Ils vivaient souvent dans les maisons de leurs clients, jusqu’à ce qu’ils aient terminé leur travail. La broderie sur chaque vêtement indiquait la richesse de leurs clients.

Le premier motif que Tzonevrakis a tenté de réaliser, d’une longueur de 5 centimètres seulement, lui a pris une journée entière. Aujourd’hui, sa main sûre guide le tissu et le fil avec beaucoup d’habileté et de précision. C’est la raison pour laquelle Tzonevrakis est considéré comme un représentant moderne d’un art ancien de la couture..

C’est le début de l’après-midi, et le centre d’Argos est calme. Dans l’atelier au plafond haut, les machines à coudre, le métier à tisser, les presses à vapeur, les livres, les tissus et les fils forment une chaîne de production incessante. Ici, à Aristotechnima – la marque de Tzonevrakis – les portes sont ouvertes tous les jours de la semaine.

Aux côtés de Tzonevrakis, sa femme Kyriakoula et sa sœur Alexandra forment l’équipe de base. L’équipe comprend également sa mère et sa tante, mais leur présence quotidienne a été « suspendue » en raison de la pandémie.

« Je suis à l’atelier toute la journée, du matin jusqu’à tard le soir. Il n’y a pas de vie sociale, pas même avant la pandémie », dit-il en ajoutant un peu plus de fil d’or à une sigouni noir (un épais manteau de laine porté principalement par les femmes). « Mais, j’ai appris à aimer tout cela ; je voulais tout apprendre, améliorer ma technique pour qu’elle devienne unique, pour qu’elle ait du caractère. »

Un « doulamas avec une touche ».

Un « tailleur grec », le contraire d’un tailleur franc, une distinction qui allait de pair avec l’arrivée de la reine Olga en 1867 et l’introduction de techniques occidentales, d’infrastructures et de professeurs qui ont formé les femmes grecques à la création de vêtements de style occidental, et expert en vêtements traditionnels grecs locaux, M. Tzonevrakis pense que la créativité peut se manifester sous de nombreuses formes différentes.

Récemment, son travail, déjà bien reconnu dans le secteur, a été sous les feux de la rampe quand il a été récompensé pour son travail. Gianna Angelopoulou, Présidente du Comité Grèce 2021portait l’une de ses créations lors des célébrations de la fête nationale du 25 mars. Ce vêtement particulier, réalisé sur mesure, s’inspire des doulamas bleu foncé, brodés de fils d’argent.

« C’était un doulamas avec un twist, un pardessus moderne et élégant », note Tzonevrakis. « Mme Angelopoulou a eu l’idée de montrer que nous créons et produisons aussi en Grèce une mode qui trouve son origine dans le passé, mais qui peut aussi avoir un usage moderne. Elle m’a donné beaucoup de conseils alors que nous travaillions au résultat final. C’était le travail d’une vie ».

L’exploration des racines et de la création d’un vêtement, puis sa transposition à notre époque, est au cœur du travail de Tzonevrakis. Les copies d’anciens vêtements traditionnels locaux sont retravaillées, les techniques et les compétences sont améliorées, en préservant toujours les normes élevées de leur héritage. Dans le même temps, Aristotechnima collabore avec des institutions et des entreprises locales.

Ces jours-ci, M. Tzonevrakis travaille sur une série de broderies qui seront présentées dans une exposition de l collection d’été de Zeus+Dione tandis qu’il se lance également dans une nouvelle collaboration avec Sandales de la Grèce antique.

L'art des Doulamas - L'art des Doulamas

Une vocation de grande profondeur

L’engagement de M. Tzonevrakis dans ce domaine est le fruit du hasard. Il avait initialement prévu de faire des études d’ingénieur, mais il a abandonné. Juste avant de commencer son service militaire, il a rencontré la personne qui allait changer le cours de sa vie – Kostas Gikas, un employé de banque, un danseur traditionnel et un artiste qui était responsable de la garde-robe de scène de l’école de danse de l’Université d’Athènes. Fondation du folklore du Péloponnèse. La PFF, l’œuvre de toute une vie de la Ioanna Papantoniou, scénographe, costumière et historienne de la mode.a été fondée à Nauplie en 1974.

Lorsque Tzonevrakis eut terminé ses obligations militaires, il rencontra à nouveau Gikas par hasard, qui l’informa d’un projet de construction d’un nouveau bâtiment. poste d’assistant s’ouvre à la section des costumes de scène de la PFF.

« Je n’ai pas laissé passer cette opportunité, car j’ai vu que cette vocation avait une grande profondeur, il y avait tant à apprendre. Cela a piqué mon intérêt. C’est le sentiment que nous devons créer quelque chose d’identique, tel quel, sinon cela peut être perdu, altéré ou même inexistant », dit-il.

En 2002, Tzonevrakis a rencontré Papantoniou elle-même, une personne qui a également beaucoup influencé sa vie. De son côté, l’une des conditions pour lui donner ce travail était qu’il apprenne la théorie derrière les vêtements. C’est ainsi que Tzonevrakis s’est impliqué avec la philosophie des vêtements traditionnelsl’évolution depuis les temps anciens, les costumes masculins et féminins de base et leur origine géographique.

Je ne voulais pas être un « parachutiste » dans ce métier. Et je l’ai poursuivi – c’était plus que de la survie, je voulais vraiment adopter cette ligne de travail », ajoute-t-il.

L'art des Doulamas - L'art des Doulamas
L'art des Doulamas - L'art des Doulamas

Comment tout a commencé

Les années suivantes, le jeune tailleur apprend son art auprès de son mentor, Gikas. En 2006, suite à des changements au PFF, Papantoniou propose à Tzonevrakis de s’occuper non seulement des costumes de scène, mais aussi de l’équipement. Pour lui, c’est l’occasion de créer sa propre entreprise – Aristotechnima – à Argos.

Sa première clientèle est composée d’associations et de groupes de danse traditionnelle. Parallèlement, il partage avec son professeur la passion de l’histoire et du patrimoine de la mode, tout en voulant faire des liens avec aujourd’hui.

Il commence à travailler sur des costumes de théâtre, quelques robes de mariées, tandis que certaines clientes qui possèdent des armes datant du Révolution de 1821 voulaient compléter leur collection avec les vêtements appropriés. A un moment donné, un descendant de Theodore Kolokotronisissu de la lignée maternelle du général, a apporté un gilet authentique d’Arkadia.

« Cette pièce m’a fait penser que je devais développer mes motifs de broderie et les rendre plus complexes, plus beaux », dit-il. « Je me suis dit qu’il fallait améliorer ces compétences, car jusque-là, les vêtements étaient quelque peu simplifiés. Leur qualité s’apparentait à celle d’un costume, plutôt qu’à celle d’un vêtement. »

L'art des Doulamas - L'art des Doulamas

C’est à cette époque qu’il commence également à prendre des cours de guitare classique. Étant gaucher, Tzonevrakis souhaitait renforcer sa main droite.

En même temps, il entreprend l’effort difficile d’autofinancer son entreprise, en contractant des prêts personnels à une époque qui était  » prohibitive pour l’esprit d’entreprise « , comme il le dit. La crise économique a conduit à l’accumulation de dettes et la simple pensée de l’avenir a apporté avec elle une aura de pessimisme.

En 2013, une visite a apporté un nouvel espoir. C’était lorsque les fondateurs de Zeus+Dione, Mareva Grabowski et Dimitra Kolotoura.et leur équipe ont exploré le pays à la recherche d’artisans et de créateurs avec lesquels collaborer, leur objectif étant de faire revivre le patrimoine des costumes grecs. À Argos, Aristotechnima a offert un beau récit.

D’après Tzonevrakis, sa collaboration avec Lydia Vousvouni, designer de Zeus+Dione.l’a encouragé à « déverrouiller » sa voie créative de la manière dont il l’a fait. marie la tradition avec un présent élégant.

Aujourd’hui, ce chemin se poursuit avec les produits de la maison de mode. nouveau directeur créatif, Mario Schwab.

« Il y a une approche moderne des techniques des tailleurs grecs. Une humeur abstraite avec la logique des tailleurs grecs, comme les finitions de manches avec des tissus en coton. des motifs géométriquesqui sont à leur tour embellis par des broderies anciennes », explique-t-il.

Au Musée Benaki en 2019Tzonevrakis et Aristotechnima ont révélé un autre aspect créatif en développant une collection de vêtements blancs pour le musée Benaki. PFF, « Doulamas the Magnificent ».

Organisée par Ioanna Papantoniou et ses collègues, l’exposition visait à mettre en lumière les versions traditionnelles (de la période ottomane) et plus récentes de ce pardessus spécifique – le doulamas pour les hommes, et le pirpiri pour les femmes. – dans les Balkans occidentaux.

Sur la base d’une idée de Papantoniou, Tzonevrakis a réalisé neuf pièces à partir du patron de couture des doulamas ; essentiellement une radiographie du vêtement, avec un tissu simple, sans fioritures. Depuis quelques mois, une copie de la tenue portée par Pavlos Melas créé par Tzonevrakis se trouve dans la résidence rénovée et le musée du combattant macédonien à Kifissia.

En outre, il se rend souvent à l’étranger pour son travail.

L'art des Doulamas - L'art des Doulamas

Regarder vers l’avenir

De retour à Argos, Tzonevrakis poursuit sa quête personnelle d’amélioration des compétences et des techniques, comme les ourlets et les finitions. Il réfléchit à la manière de développer la marque, à un plus grand potentiel de production et à la création d’un magasin physique. S’il en a un jour le temps, il souhaiterait étudier les tenues occidentales du Moyen Âgeafin de mieux comprendre les vêtements orientaux.

En même temps, Aristotechnima reste une affaire de familledu moins pour l’instant.

 » Les jeunes qui rejoignent l’industrie aujourd’hui veulent devenir des créateurs de mode ; mais pour devenir un créateur, il faut apprendre le reste. La plupart veulent gagner un salaire précis. Mais cela doit être travaillé « , dit-il. « Ma vision est d’avoir une école qui, au fond, enseigne la broderie, car aucune machine ne pourra jamais remplacer cette activité. J’aimerais contribuer à former des brodeurs, des tailleurs et des couturières, des personnes qui pourraient être absorbées dans une chaîne de production. Bien sûr, cela nécessiterait des fonds considérables. »

Juste avant notre retour en soirée à Athènes, Tzonevrakis pose quelques sacs sur le banc. Un cabas, avec la broderie d’une chemise d’Argolide, et un petit rond décoré de motifs de Lefkada. Les sacs sont le résultat d’une collaboration exclusive avec la PFF.

Ici, à Argos, l’art est maintenu en vie grâce à un grand investissement en temps et en efforts, à une pensée libre qui insiste sur l’excellence de la tradition mais aussi sur son nouveau potentiel.

« Ce type d’art n’est pas seulement destiné aux musées, mais aussi à notre vie quotidienne », dit Tzonevrakis, un tailleur moderne du style grec traditionnel. « Il doit se développer et s’ouvrir davantage sur l’extérieur ».

Cet article a été publié en grec par le magazine « K ».