Superalimentation, salade grecque un plat national - Superalimentation, salade grecque un plat national

La horiatiki salata (salade villageoise), comme on l’appelle en grec, se consomme tout au long de l’année mais est particulièrement satisfaisante en été, lorsque les tomates sont plus juteuses et que notre corps réclame surtout des aliments crus et rafraîchissants. Nous déconstruisons ici ce repas superfood ou superalimentation en examinant ses ingrédients et les nombreux avantages pour la santé que chacun d’entre eux offre.

Tomates

Ingrédient vedette de la salade grecque, ces fruits sont originaires d’Amérique du Sud et sont arrivés en Grèce au XIXe siècle. Les tomates regorgent de vitamine C riche en antioxydants (une tomate de taille moyenne offre 40 % de l’apport journalier recommandé (AJR)) et de vitamine K (qui aide à transporter le calcium vers les os et stimule les niveaux d’énergie) et de minéraux tels que le potassium, qui aide à préserver la santé des nerfs, et le fer, qui aide à transporter l’oxygène dans le sang.

Oignons

L’oignon était considéré comme l’un des « aliments des dieux » dans la Grèce antique où le légume était à la fois consommé comme un aliment fortifiant cru ou cuit et utilisé par les médecins pour fabriquer de puissantes teintures et cataplasmes antibactériens et antifongiques. Le composé allium de l’oignon se transforme en allicine par une réaction enzymatique (lorsqu’il est mâché, râpé, écrasé) et offre de multiples avantages tels que des effets antiviraux. Les oignons sont également riches en vitamine C et en quercétine, un flavonoïde antioxydant, dont on a constaté les effets antidiabétiques, anti-inflammatoires et préventifs du cancer. On pense que les oignons renforcent l’immunité, réduisent les troubles cardiaques et augmentent même la libido.

Concombre

Le concombre, l’ingrédient le plus rafraîchissant et le plus hydratant de la salade grecque, fait partie du régime grec depuis l’Antiquité, lorsqu’il était appelé síkyon. On pense souvent que les concombres ont une faible valeur nutritionnelle en raison de leur forte teneur en eau (un concombre moyen contient près d’une tasse de liquide !), ce qui n’est pas vrai en réalité. Le concombre est riche en vitamine K qui contribue à la santé des os, contient des dizaines d’antioxydants et de flavonoïdes (qui protègent le cœur) et aurait même des propriétés anticancéreuses grâce à la cucurbitacine qu’il contient.

Huile d’olive

Riche en polyphénols, qui sont des agents antimicrobiens et anti-inflammatoires ainsi que des antioxydants, l’huile d’olive offre une multitude de bienfaits, de la protection du cœur et de l’esprit à la régulation de la pression sanguine et de l’intestin. L’huile d’olive extra vierge grecque (EVOO) est le type d’huile d’olive qui tend à être le plus riche en polyphénols riches en antioxydants.

Pour en savoir plus sur les nombreux avantages de l’huile d’olive, cliquez ici.

Câpres

Un favori de la cuisine grecque de l’ère byzantine, le câpre a une saveur prononcée qui peut ajouter le bon niveau d’acidité vinaigrée (s’il est mariné) et/ou de salinité à n’importe quel plat, et il donne certainement une dimension supplémentaire aux salades. Largement cultivées et cueillies dans toute la mer Égée, mais particulièrement populaires dans la cuisine cycladique, les câpres auraient plusieurs vertus, notamment des effets anti-inflammatoires, une stabilisation de la glycémie, des propriétés antitumorales et une protection du foie. Les Grecs de l’Antiquité les utilisaient sagement pour soulager les rhumatismes, ce qu’elles font encore aujourd’hui. Ils sont également riches en fibres, en vitamines K, B2, A et en fer.

Apprenez à préparer une sauce piquante aux câpres ici.

Origan

Cette herbe médicinale puissante offre une activité antioxydante trois à vingt fois supérieure à celle des autres herbes et est également utilisée en Grèce depuis l’Antiquité pour ses pouvoirs antifongiques, antiviraux et antibactériens. Son nom provient des mots « oros » pour montagne et « ganos » pour « joie éclatante », car dans l’Antiquité, on pensait qu’elle était bénéfique pour le corps comme pour l’esprit. Elle était et est encore à ce jour infusée sous forme de thé ou concentrée en huile essentielle ou en teinture pour traiter les affections respiratoires et aiderait à prévenir le cancer.

Olives

Les olives, l’un des symboles les plus classiques du pays avec leur arbre et leur huile, sont non seulement peu caloriques et riches en antioxydants, mais on leur prête également plusieurs vertus pour le cerveau : des études ont montré qu’elles réduisent le stress oxydatif dans le cerveau et que leurs polyphénols contribuent à la création, au maintien, au développement et à la croissance des cellules cérébrales. Ces fruits anti-inflammatoires contribueraient également à réduire le risque de cancer et de maladie cardiaque, tout en offrant des qualités probiotiques et des fibres favorables à l’intestin.